V. VILAMITJANA (Téléthon) : «L’événement réunit entre 12 et 15 millions de téléspectateurs en un week-end»

243

Jeudi dernier se tenait à France Télévision, la conférence de présentation de la 32ème édition du Téléthon qui se tiendra les 7 et 8 décembre prochain. Au programme, plus de 30 heures d’antenne consécutives. Rencontre avec Philippe VILAMITJANA, Producteur du Téléthon (France·tv studio).

média+ : Au cœur du dispositif du Téléthon, une bulle en cristal sera installée au cœur de Paris, sur la place de la Concorde. D’où vient cette idée ? 

 Philippe VILAMITJANA : Têtu et obstiné, je me suis dit que notre lieu de villégiature serait à la Concorde le jour où la Grande Roue n’y sera plus. Pour le Téléthon, c’est l’un des plus beaux endroits de Paris. C’est la première fois qu’un plateau de télévision s’installe sur cette place, dans une bulle transparente avec vue sur l’Obélisque et les Champs-Élysées. D’un point de vue sécuritaire, les questions sont actuellement traitées. Nous sommes très bien accueillis tant par la Préfecture de Police que par la ville de Paris. Nous allons mettre en place avec le réalisateur Tristan Carné, des moyens de captations jamais mis en place. Nous allons installer par exemple une caméra au 3ème étage de Tour Eiffel, une autre en haut de l’Arc de Triomphe.

La précédente édition du Téléthon a été mise en second plan du fait des obsèques de Johnny Hallyday. Un coup dur pour vous ?

D’abord, il faut regarder le chiffre final de la collecte du Téléthon. Nous nous sommes rapprochés des 90 M€. C’est dire à quel point la France est mobilisée pour le Téléthon. Notre objectif est de rassembler un maximum de personnes. L’événement réunit entre 12 et 15 millions de téléspectateurs en un week-end. Le Téléthon est loin d’être un accident industriel en termes d’audience. Et même si on ne regarde pas le Téléthon pendant les 30 heures, le don moyen augmente d’année en année et s’établit à 66 €.

 

30 heures de direct, ça se prépare. Comment vous organisez-vous ?

C’est une équipe très bien organisée depuis 32 ans. Il y a des responsables par tranches horaires : journée, Access, Prime, … Nous sommes plus d’une quarantaine à travailler là-dessus. Le Téléthon mobilise plus de 600 collaborateurs à France Télévisions entre les régions, l’outre-mer, les moyens régionaux de France 3, … C’est la plus grosse production de l’année. On retrouvera Nathan Paulin, champion du monde de slackline pour une traversée en direct à 50 mètres de haut entre le pont des Invalides et le pont Royal. «La marche des maladies rares» partira du jardin du Luxembourg jusqu’à l’École des Beaux-Arts de Paris. Et pour finir, samedi soir, cinquante Solex en provenance de Bourges arriveront place de la Concorde pendant le Prime. De plus, Franky Zapata avec son flyboard volera de l’École militaire à la Tour Eiffel.

 

Vous n’évoquez jamais clairement le budget du Téléthon. Pourquoi ? Parce que nous n’avons pas l’habitude d’évoquer les budgets. Ce que je peux vous dire, c’est que le Téléthon est une opération coorganisée et coproduite avec le financement des chaînes et la mise en place des moyens de production des cars régie.

Tentez-vous de minimiser le côté anxiogène de l’événement ?

C’est un vaste débat mais je conçois le Téléthon comme une fête. Pour les enfants malades et leur famille, je peux vous dire que les regards sont pleins d’émotion et de bonheur lorsque nous les croisons sur le plateau. Ce week-end, ces gens sont heureux. Les artistes viennent pour faire la fête avec eux. De plus, je suis surpris par la mobilisation sur le terrain. 200.000 bénévoles sont mobilisés.