Y. THEBAULT (ACAST) : « Le marché du podcast est en phase d’accélération dans l’Hexagone »

81

Le business du podcast se porte bien. Avec plus de 20.000 épisodes publiés, 140% d’augmentation d’écoutes et +250% d’investissements publicitaires, Acast France, plateforme indépendante et leader mondial du podcast dresse un bilan positif. Entretien avec Yann THEBAULT, Directeur général d’ACAST.

media+

Acast permet de publier, distribuer et monétiser des contenus audio à la demande. Contextuellement, les affaires se portent-elles bien ?

Yann THEBAULT

Nous sommes plutôt satisfaits des résultats. Avec la pandémie, beaucoup de personnes se sont mises au podcast, ce qui a eu pour effet de développer les audiences et de faire en sorte que le format podcast se démocratise de plus en plus. Nous enregistrons 140% d’augmentation d’écoutes et nous avons réussi à transformer l’essai sur la partie monétisation avec +250% d’investissements publicitaires. En plus de l’augmentation des écoutes des podcasts natifs, nous enregistrons plus de 138% d’augmentation d’auditeurs uniques. C’est un reflet de l’engagement de la part des auditeurs sur ce format. Quand on découvre un podcast qui nous plaît, on a tendance à s’y abonner. Le bouche-à-oreille y joue aussi pour quelque chose.

media+

Qu’est-ce qui booste les investissements publicitaires ?

Yann THEBAULT

Le format podcast suscite l’intérêt des annonceurs qui souhaitent créer du lien. Les formats publicitaires que l’on propose répondent à ces problématiques. Il y a eu également des reports d’investissements compte tenu de la baisse de l’audience du média radio. Un phénomène provoqué par la pandémie, le télétravail, moins de gens dans leur voiture à écouter la radio. On note la présence de nombreux annonceurs pure players 100% digitaux qui s’intéressent au podcast. Le format sponsoring (où le podcasteur prend la parole pour le compte de la marque) est lui aussi plébiscité par les annonceurs. La relation de proximité est ainsi plus forte et le message encore mieux intégré aux contenus. 64% des parts des revenus publicitaires de la plateforme sont à attribuer au spot audio. Le sponsoring représente quant à lui 36% et montre une percée significative au dernier trimestre.

media+

Concrètement, combien faut-il d’écoutes pour commencer à gagner de l’argent ?

Yann THEBAULT

A partir de 30.000 écoutes par mois, on commence à être visible et à émerger. Le nerf de la guerre reste la régularité des publications et l’intérêt du contenu. Il y a aussi un vrai travail de fond de la part des podcasteurs auprès de leur communauté pour faire en sorte qu’elle soit active. Tout cela contribue à ce que les écoutes se développent.

media+

Quelles sont les perspectives du podcast en France ?

Yann THEBAULT

Nous sommes au début de l’aventure dans le sens où c’est un marché relativement neuf. Le podcast est en phase d’accélération dans l’Hexagone. Quand on se compare à des marchés plus matures comme l’Angleterre, la Suède ou les États-Unis, nous avons de la marge non seulement en termes d’écoutes – car ce n’est pas encore un mass-média – mais aussi  sur les investissements publicitaires. Nous avons près de 2-3 ans de retard par rapport à des marchés matures. Tout cela va s’accélérer dans les mois à venir. Notre objectif ? Apporter plus de soutien à nos podcasteurs et faire en sorte de développer des outils pour les aider à augmenter leurs audiences. Nous voulons aussi continuer à évangéliser le marché sur la partie publicitaire, de manière à convaincre de plus en plus d’annonceurs de tester ce format afin de générer des revenus et de les redistribuer davantage aux podcasteurs.