A. BLONDELEAU (Glance) : «Les fictions basées sur des faits réels se renforcent»

243

Hier matin, Médiamétrie organisait la 5ème édition de NOTA sur la thématique «Contenus & plateformes à l’international : quelles opportunités pour 2020 ?». Tour d’horizon avec Avril BLONDELOT, Directrice Content Insights chez Glance (Global Audience & Content Evolution).

media+

Que retenir des nouveaux lancements de programmes dans le monde en 2019 ?

Avril BLONDELOT

Les lancements sont de plus en plus nombreux : + de 10.600 nouveaux programmes en 2019. La proportion de succès d’audience s’est d’ailleurs considérablement accrue en deux ans (+ 4pts) avec des scores 20% supérieurs à la moyenne habituelle de la case. Un nombre non négligeable de chaînes a réalisé ses meilleurs lancements depuis 3 ans avec des factuels, fictions et divertissements. A titre d’exemple, 89 chaînes ont enregistré leur meilleur lancement sur un divertissement. Les nouveautés sont efficaces et captent le public. Il est donc important d’événementialiser les programmes et de marketer l’offre.

media+

Comment les divertissements et les jeux TV évoluent-ils ?

Avril BLONDELOT

La tendance est à l’emotainment avec des formats autour de la fête, ce qui évite ainsi le trop-plein de nostalgie. Sur son premier mois de diffusion, le programme finlandais «Song of my life», qui revient en musique sur les événements de la vie personnelle et professionnelle d’invités célèbres, a boosté l’audience en Prime de la première chaîne du pays de plus de 50% auprès de sa cible, les 25-44 ans. Sur les jeux TV, les créations originales émergent. Elles sont 2 fois plus performantes qu’il y a deux ans (31% de succès parmi les nouveaux jeux TV originaux). Elles ont vocation à réunir l’ensemble de la famille grâce à l’apprentissage, l’humour et une forme de théâtralisation.

media+

Faits-divers, essor de l’horreur et du fantastique, comédie noire, comment la fiction se renouvelle ? 

Avril BLONDELOT

La fiction est un genre dominant (4.700 programmes lancés). Deux tendances émergent ou se renforcent cette année : les fictions basées sur des faits réels (divers ou historiques) et, à l’opposé, celles mettant en scène le surnaturel. BBC a programmé en début d’année la mini-série britannique «Dracula», créée par les auteurs de «Sherlock». En Corée du Sud, la série de science-fiction «Hotel Del Luna» a multiplié l’audience moyenne de la 4ème chaîne du pays auprès des jeunes. Il y a aussi les grands classiques comme les amours impossibles qui donnent lieu à des ressorts narratifs assez forts.

media+

Le preview est-il l’avenir de la télévision ? 

Avril BLONDELOT

La possibilité de voir un programme avant sa diffusion live devient monnaie courante. En Grande-Bretagne, où les usages sont très délinéarisés, les contenus disponibles en preview génèrent 37% d’audience supplémentaire. Exemple avec les séries britanniques «Manifest», diffusée sur Sky One, et «Gold Digger» sur BBC One qui ont réalisé respectivement 90% et 58% de leurs audiences totales en preview. En revanche, sur des chaînes comme BBC, le preview correspond à une part complémentaire. De plus, il y a des chaînes qui ne souhaitent pas faire ce type de propositions en vue de protéger leur modèle linéaire.

media+

Quel état des lieux dressez-vous sur les plateformes digitales ?

Avril BLONDELOT

Nous avons recensé plus de 6.300 lancements l’année dernière sur les plateformes. Une grande majorité a été lancée par les chaînes de télévision. Cela représente plus de 900 séries sur plus de 65 plateformes locales et internationales, sur 5 continents. Les grands acteurs (Netflix, Amazon Prime Video, YouTube Originals, Facebook Watch,…) ne représentent que 30% des lancements. Face à elles, 4 plateformes locales asiatiques (+ de 220 séries originales) font d’ailleurs partie des plus importantes du monde.