B. LOUTREL (Arcom) : «83% des équipés TV et internet à domicile reçoivent la télévision sur au moins un poste via une box»

398

L’Arcep et l’Arcom ont publié les résultats du Baromètre du numérique, une étude annuelle sur la diffusion des équipements numériques et l’évolution de leurs usages. L’occasion pour média+ d’évoquer ces résultats avec Benoît LOUTREL, membre de l’Arcom, en charge de la supervision des plateformes en ligne.

media+

Pour la première fois, l’Arcom s’associe au baromètre du numérique réalisé par le Crédoc. Pourquoi avoir souhaité prendre part à cette enquête cette année ?

Benoît LOUTREL

Dès 2018, le législateur a élargi le champ de compétences de l’Arcom (le CSA à l’époque) au numérique. Pour exercer ces compétences, il est essentiel que nous ayons une connaissance fine et globale du secteur du numérique. Ce baromètre, auquel nous prenons part dans le cadre du «pôle numérique» commun avec l’Arcep, nous donne une photographie précise des équipements et des usages numériques dans la population française. Les enseignements que nous en avons tiré nourriront nos analyses et nous permettront de déployer une régulation toujours plus agile et utile aux professionnels comme au grand public.

media+

Comment expliquer qu’autant de Français reçoivent la TV via une box internet ?

Benoît LOUTREL

Selon le baromètre, 83% des équipés TV et internet à domicile reçoivent la télévision sur au moins un poste via une box. C’est en effet une proportion importante. Les téléspectateurs justifient leur choix par la qualité de réception de la télévision par ce vecteur, la diversité des services proposés comme la télévision de rattrapage, le contrôle du direct, les services additionnels, ou encore l’accès à des abonnements de vidéos à la demande directement sur leur téléviseur. Ce chiffre ne doit pas nous faire oublier que 17% des équipés TV et ayant une connexion à internet à domicile, reçoivent la télévision via la TNT. La satisfaction de l’offre de chaînes et de services de la TNT et la volonté de ne pas payer pour regarder la télévision, sont les deux principales raisons qui expliquent ce chiffre.

media+

Le poste de radio reste encore largement plébiscité par les Français, pourquoi un tel attachement à cet appareil ?

Benoît LOUTREL

En effet, le poste FM ou DAB+ reste le mode d’écoute principal du média radio : 65% des auditeurs choisissent la réception hertzienne. Parmi les raisons invoquées : l’habitude (70% des répondants) et le sentiment de satisfaction pour un mode de réception qui répond à leur besoin (75% des répondants). Cette satisfaction s’explique notamment par la qualité d’écoute, encore améliorée par le déploiement du DAB+. Pour les auditeurs, le DAB+ c’est la garantie d’un véritable confort sonore y compris en mobilité. L’Arcom va continuer à accompagner le déploiement du DAB+ partout en France. À ce jour, 565 radios sont autorisées en DAB+ sur notre territoire.

media+

Combien d’internautes ont déjà eu recours aux dispositifs de signalement de comptes ou de contenus inappropriés mis en place par les réseaux sociaux ?

Benoît LOUTREL

Ils sont précisément 42% à y avoir déjà eu recours. Ces mécanismes semblent donc bien identifiés par près de la moitié des internautes qui les jugent facilement accessibles (87%), simples d’utilisation (85%) et aisément compréhensibles (80%). Ces chiffres interpellent car ils suggèrent que les réseaux sociaux ont mis en place des outils dont le grand public s’empare pour endiguer la propagation de contenus illicites ou inappropriés présents en ligne. Il y a là une forme de paradoxe car nous savons que ces mêmes usagers trouvent l’espace numérique encore trop anxiogène. Les plateformes doivent aller encore plus loin et mettre en œuvre tous les moyens nécessaires à la construction d’un internet plus sûr.