C. ALVARESSE (France Télévisions) : «Nous voulons une meilleure articulation entre le linéaire et le non-linéaire sur le documentaire»

127

Alors que se tient à Biarritz le Festival International Documentaire FIPADOC, France Télévisions a présenté hier après-midi aux professionnels et au public son engagement pour le documentaire. Le groupe audiovisuel public manifeste une ambition non seulement intacte mais aussi renouvelée. A cette occasion, nous nous sommes entretenus avec Catherine ALVARESSE, Directrice des Documentaires de France Télévisions. Entretien.

MEDIA +

Chaque année, vous redéfinissez vos ambitions et affinez toujours votre ligne éditoriale auprès des professionnels. Qu’en est-il pour  2022 ?

CATHERINE ALVARESSE

La saison documentaire à France Télévisions démarre chaque année en septembre. C’est pourquoi le mois de janvier nous permet de réaffirmer la complémentarité des offres ainsi que nos envies. Nous consolidons d’abord le travail mené depuis 2020 avec de gros succès en Prime Time. Dès que nous proposons des événements sur France 2, en première partie de soirée, avec des films différents et innovants, on rencontre des succès d’audience. Nous poursuivons dans cette lignée avec des sujets formels, au cœur du débat, de la société ou de l’histoire. Nouveauté cette saison, nous offrons sur France 2 des séries événements de 52’ avec une forte approche cinématographique. Notre défi est d’en offrir au minimum deux par an. Ce sera le cas prochainement des séries «C’était la guerre d’Algérie»  (5X45’), suivi de «L’Affaire Outreau» (4X45’) ou encore de «Méditerranée» (4×45’) en découverte et animalier.

MEDIA +

Pourquoi «Infrarouge» sur France 2 a-t-elle basculé du mardi au mercredi soir ?

CATHERINE ALVARESSE

Depuis septembre, la case «Infrarouge» vient enrichir la soirée du mercredi soir qui explore et interroge notre société, avec une fiction ou un long-métrage en Prime Time. Nous sommes très satisfaits de ce changement. Il est bien plus payant de mettre une case documentaire à la suite d’une fiction qui fait sens.

MEDIA +

Comment évoluent vos offres sur France 3 ?

CATHERINE ALVARESSE

Depuis le mois de janvier, le rendez-vous documentaire «La Ligne Bleue», initialement programmé le jeudi en deuxième partie de soirée sur France 3, a rejoint l’offre Histoire du lundi soir. De ce fait, on retrouve désormais le jeudi en deuxième partie de soirée, «La France en vrai», par nos collègues de France 3 Régions. De plus, nous avons retrouvé la case du vendredi soir en Prime avec nos documentaires divertissements ou consacrés aux grandes figures artistiques et populaires de notre temps.

MEDIA +

Des évolutions majeures à venir sur France 5 ?

CATHERINE ALVARESSE

La chaîne est toujours aussi performante sur les documentaires. La case «Science Grand Format» nous l’a démontré récemment avec «Lady Sapiens, à la recherche des femmes de la Préhistoire». Quand on pousse les curseurs de l’innovation, le public répond présent. En ce début d’année, le changement s’applique sur «Le monde en face» qui bascule le dimanche soir, désormais présenté par Mélanie Taravant. Au programme : décryptage géopolitique, économique ou environnemental avec des films unitaires mais aussi des séries. En ce sens, nous lançons bientôt «Planète Killers» (3X52’ – Premières Lignes) qui suit la traque des plus grands criminels environnementaux grâce à un accès privilégié au service spécialisé d’Interpol. Nos «Docs conso» du dimanche ont basculé le mardi. Et sur des thématiques grand public qui nous concernent tous, nous voulons aussi créer l’événement le mardi soir sur France 5. Nous l’avons fait récemment avec le remarquable «Option éducation sexuelle» (Point du Jour). Enfin, les samedis en deuxième partie de soirée, la case culture, «Passage des arts» sera prochainement rebaptisée «Aux arts et caetera !». Ce rendez-vous documentaire fait d’ailleurs l’objet d’un appel à projets pour une nouvelle collection intitulée «Rebelles ou l’art de bousculer».

MEDIA +

Linéaire/non-linéaire, où en êtes-vous ?

CATHERINE ALVARESSE

Depuis l’été dernier, les équipes éditoriales de francetv Slash ont rejoint mon unité. Aujourd’hui, toutes les forces documentaires sont réunies. Nous voulons une meilleure articulation entre le linéaire et le non-linéaire, et que ce ne soit pas deux mondes à part. Un documentaire initialement produit pour Slash peut avoir sa vie sur les antennes linéaires. Ça nous permet également de mieux événementialiser, éditorialiser nos documentaires de façon plus cohérente. Dans la forme, ce sont les récits qui vont déterminer le format : séries feuilletonnantes ou non, collections, unitaires …

MEDIA +

La diversité et la singularité du documentaire restent-elles au cœur de l’ambition des offres de France Télévisions ?

CATHERINE ALVARESSE

Le genre documentaire occupe les antennes au quotidien. Un genre particulièrement bien exposé avec 9.000 heures de diffusion (dont 800 heures en Prime Time) et très apprécié des publics avec une note qualitative toujours très haute. Documentaires nationaux et internationaux, documentaires de proximité en régions et en Outre-mer, documentaires destinés à la plateforme France.tv, à Slash : la création documentaire, dont le budget de 101 M€ est garanti, se déploie plus que jamais à l’attention de tous les publics et sur les antennes linéaires et numériques. La réorganisation par genre nous a permis de redéployer une offre beaucoup plus importante et diversifiée. Il n’y a pas une thématique qui ne soit pas traitée. Le champ le moins abordé est celui de l’investigation puisque la direction de l’information et l’unité magazine proposent de très bonnes enquêtes.

MEDIA +

De nouveaux appels d’offres à venir?

CATHERINE ALVARESSE

Oui, un appel à projets pour les séries d’été découverte de France 5 est en cours. Il va se clôturer fin février pour avoir des pilotes sur les antennes cet été. Quand tout va bien, c’est justement le moment de penser à la suite. Pour faire émerger les nouveaux talents. Et nous avons lancé en parallèle un autre appel à projet autour de la culture «Rebelles ou l’art de bousculer».Par ailleurs, nous maintenons, pour la 7ème édition, le concours de court-métrage «Infracourts» qui s’est clôturé. Le jury, présidé par Mélissa Theuriau, se rassemblera en avril pour déterminer les 10 gagnants. On démarre aussi la 6ème édition de «Filme ton quartier» avec les antennes régionales de France 3 et Slash, présidé par Clément Cotentin.