Cinéma/ télévision: ça tourne toujours autant dans la Ville Lumière

209

«Emily in Paris», «Lupin» ou «Woody Allen», ça tourne toujours autant dans la Ville Lumière: comme en 2021, plus de 7.000 jours de tournages ont été recensés en 2022 dans la capitale, qui demande désormais aux productions d’améliorer leur bilan environnemental.

En 2022, la capitale a été le théâtre de 102 longs métrages et de 68 séries télé, indique la mairie ce mercredi 8 février 2023 dans un communiqué de presse.

Si la première catégorie connaît une légère baisse par rapport à 2021 (-8), la deuxième poursuit sa croissance (+25) et le total des jours de tournage «semble se stabiliser autour de 7.000», au même niveau que 2021 marqué par un «effet de rattrapage Covid», retient Carine Rolland, l’adjointe à la culture.

Parmi les longs métrages, le prochain film de Woody Allen, entièrement tourné à Paris, a nécessité deux mois de prises.

Mais ce sont surtout les séries télé qui «contribuent à la hausse continue du nombre de jours de tournage à Paris depuis quelques années», souligne la mairie.

Parmi les grandes plateformes vidéo, Netflix y est incontournable avec les nouvelles saisons de «Lupin» et d’«Emily in Paris», ainsi que «Berlin», un dérivé (spin-off) de «La Casa de Papel» qui sera diffusé en décembre.

Deux séries d’époque, «Benjamin Franklin» et «The New Look» sur la vie de Christian Dior, ont nécessité plus de six mois de présence dans la Ville Lumière.

Dans ce contexte dynamique, «dix-huit mois de discussions nourries», selon Carine Rolland, avec les professionnels, le Centre national du cinéma (CNC), la région Ile-de-France et les mairies d’arrondissement ont permis à la Ville de Paris d’établir un «plan de transition écologique des tournages» qui prévoit notamment «la réduction de la flotte de véhicules thermiques».

Le plan prévoit aussi la fin du «ventousage», technique de réservation des places de stationnement qui «généraient des tensions» avec les riverains, selon Mme Rolland, au profit d’arrêtés d’interdiction de stationnement.

Selon la mairie, cela doit permettre de «réduire l’espace de stationnement occupé».

Les équipes de tournage doivent aussi s’équiper de groupes électrogènes plus modernes afin de «réduire leurs nuisances sonores et environnementales».