Le procès anti-trust ATT/Time-Warner s’est ouvert jeudi à Washington

514

Le plus grand procès antitrust depuis la fin des années 90 s’est ouvert jeudi à Washington pour déterminer si la mégafusion entre Time Warner et AT&T crée un monopole et risque de coûter cher aux consommateurs. 
Le  procès – retardé d’un jour par une mini tempête de neige qui a paralysé en partie la capitale – doit débuter à 11h30 (15h30 GMT) et est prévu de durer plusieurs semaines. 
Annoncée fin 2016, la fusion de 85 milliards de dollars entre le groupe de télécommunications AT&T et l’entreprise de médias Time Warner (CNN, HBO, studios Warner Bros…) donnerait naissance à un mastodonte, alors que le secteur est en plein bouleversement à cause de la puissance des géants technologiques.
Mais le ministère de la Justice estime qu’elle serait néfaste pour la libre concurrence et pourrait entraîner une augmentation des prix pour le consommateur. 
Ce dossier a été compliqué par les attaques récurrentes du président américain Donald Trump contre CNN: selon la presse américaine, le gouvernement a voulu obliger Time Warner à vendre la chaîne d’information pour approuver l’opération, ce que le groupe a refusé. 
Les avocats du gouvernement affirment qu’avec cette fusion, «les Américains finiraient par payer des centaines de millions de dollars de plus qu’aujourd’hui pour regarder leurs programmes télé préférés». Par exemple, AT&T pourrait faire payer plus cher ses abonnements pour l’accès à des programmes-phares comme la série «Game of Thrones» (HBO). Ils présenteront au cours du procès une étude de Carl Shapiro, enseignant à l’Université de Californie à Berkeley (ouest), qui affirme que les consommateurs pourraient payer 436 millions de dollars de plus par an en cas de fusion. 
De son côté, AT&T affirme que les craintes antitrust sont sans fondement car la fusion est «verticale». Les deux entreprises sont sur deux segments différents où elles ne sont pas concurrentes: la distribution d’une part (AT&T) et la création de contenus d’autre part (Time Warner). 
La transaction, affirme AT&T, sera bénéfique pour la concurrence alors que s’opère «une révolution complète qui transforme le marché de la vidéo».
En 2011, une fusion similaire entre le câblo-opérateur Comcast et le groupe de médias NBCUniversal, avait été validée, sous certaines conditions. Et selon AT&T, l’opération «n’a en rien été mauvaise en termes de libre concurrence». Ce procès sera le plus important de ce genre depuis celui contre Microsoft dans les années 90.