D. ELSTNER (Unifrance) : «2021 a compté 17,5 millions d’entrées pour les films français en salle à l’international»

112

Un an après la fusion de TV France International et UniFrance, l’heure est au bilan pour l’association renommée Unifrance. L’occasion pour média+ d’évoquer cette fusion, mais aussi de dresser un état des lieux du cinéma et de l’audiovisuel français avec Daniela ELSTNER, Directrice Générale Unifrance.

media+

Un après votre nouvelle organisation, quel bilan tirez-vous ?

Daniela ELSTNER

Voici un an qu’Unifrance déploie ses actions et ses équipes en faveur de la promotion du cinéma et de l’audiovisuel français au sein de la même association, depuis la fusion entre TV France International et UniFrance. Les outils de communication numérique ont été mutualisés : Unifrance s’est doté au début de l’année d’une nouvelle charte graphique, ainsi que d’une lettre d’information commune et les réseaux sociaux ont été réorganisés.

media+

Quelles sont les prochaines étapes de cette réorganisation ?

Daniela ELSTNER

Actuellement, l’association travaille à l’élaboration d’une base de données et d’annuaires professionnels communs, d’un nouvel outil de visionnage plus souple et adapté aux contraintes de l’audiovisuel et du cinéma et entame une refonte de son site Internet pour les professionnels comme pour le grand public. De plus, nous travaillons à redéfinir une stratégie éditoriale claire et lisible en fonction des supports et des cibles visées avec le développement de notre chaîne Youtube qui doit être renforcée et éditorialisée, quasi relinéarisée, avec des rendez-vous diversifiés, réguliers et anticipés.

media+

Quel bilan tirez-vous de l’activité cinéma pour 2021 ?

Daniela ELSTNER

2021 a compté 17,5 millions d’entrées pour les films français en salle à l’international, avec en figure de proue «Le Tour du Monde en 80 jours», film d’animation de Samuel Tourneux. Peu à peu, les cinémas du monde entier retrouvent leurs spectateurs et certains regagnent leurs niveaux de fréquentation de 2019, notamment en Corée du Sud ou aux Pays-Bas. L’Allemagne, l’Italie, l’Espagne sont davantage à la peine. Pour 2022, au regard des entrées des films français dans le monde à fin mai, on peut espérer une fréquentation en hausse de 50% par rapport à l’année passée, et en 2023 les films «Astérix et Obélix : L’empire du milieu» de Guillaume Canet et «Les Trois mousquetaires» de Martin Bourboulon sont très attendus à l’international.

media+

Qu’en est-il de l’offre française sur les plateformes ?

Daniela ELSTNER

En 2021, les films français sont la 3ème cinématographie la plus représentée sur les plateformes de vidéo à la demande par abonnement, derrière les productions étasuniennes et indiennes. À titre d’exemple, sorti de manière exclusive sur Netflix, «Loin du périph» de Louis Leterrier avec Omar Sy et Laurent Lafitte est déjà le 5ème film non anglophone le plus visionné depuis la création de la plateforme. Autre réussite, en avril 2022, la série «HPI» cumule près de 175 millions de vues à travers le monde dans les 90 territoires où elle a été exportée. Nous attendons la même tendance pour la seconde saison.

media+

L’animation est-elle toujours un point fort de la France ?

Daniela ELSTNER

La France reste le premier producteur européen dans le domaine de l’animation et le 3ème au niveau mondial. L’animation est le premier genre à s’exporter avec 38% des ventes de programmes et 26 millions d’euros de recettes sur les droits monde en 2020.