France 2 lance le divertissement familial «La Course des champions» pour se mettre en jambe avant la diffusion des JO de 2020

112

France 2 diffusera samedi soir le premier épisode de son nouveau jeu d’obstacles, La course des champions, un divertissement familial à grand spectacle présenté par Teddy Riner pour se mettre en jambe avant la diffusion des Jeux Olympiques de 2020. Adapté du concept américain «Million dollar mile» créé par le basketteur américain LeBron James, ce jeu propose à des sportifs amateurs de se mesurer à des champions de diverses disciplines sur une série d’obstacles installés au Stade de France, avec à la clé des gains allant de 2.500 à 100.000 euros. Les sportifs amateurs partent avec 2 minutes d’avance sur les champions et doivent franchir 5 obstacles (pas sans rappeler ceux de «Ninja Warrior» sur TF1) parmi lesquels la «forêt de bambous» -un champ de poteaux pivotant à traverser sans toucher le sol-, «l’Escalad’o» – une piscine qu’il faut traverser pour atteindre un mur d’escalade particulièrement raide –  avant «l’ultime challenge» obstacle bonus à 100.000 euros. La course s’arrête quand le champion rattrape l’amateur, avec un système de paliers de gains après chaque obstacle. La musique angoissante, le décor nocturne et la mise en scène digne d’un film d’action, avec des champions présentés comme des «super-méchants» (La bête, Le Tank, La Guerrière…), contribuent à créer un suspense haletant autour des courses, commentées à la manière d’une vraie compétition par le duo Olivier Minne-Sandy Heribert. Le judoka Teddy Riner, qui fait ses premiers pas d’animateur télé, a salué «un beau projet» qu’il a accepté car «c’était du sport» : «j’en suis ressorti grandi», a-t-il confié lors d’une présentation. «C’est une recette un peu magique. On a Teddy, on a le Stade de France, on a des champions et des candidats qui donnent tout», s’est réjouit le producteur du jeu, Jean-Louis Blot (Warner). Alors que la version américaine a été arrêtée par la chaîne CBS faute d’audience, le producteur a défendu l’adaptation française : «on est très loin de la version US qui est une sorte de «Qui veut gagner des millions» de la course d’obstacle. On ne raconte pas la même histoire et on n’est pas parti dans le sensationnalisme», «on met en avant la thématique du dépassement de soi et de l’honneur», assure-t-il.Plusieurs centaines de candidats se sont présentés aux sélections et seulement quelques dizaines, âgés de 19 à 50 ans, ont été retenus après des tests physiques très poussés sur plusieurs jours. Les 12 champions et championnes leur ont donné du fil à retordre sur des courses durant de quelques minutes à une vingtaine, en fonction de la performance de l’amateur. Certaines des courses ont été disputées par des célébrités pour des associations. C’était notamment le cas du footballeur Adil Rami, coupé au montage car l’association qu’il défendait, la Fédération nationale solidarité femmes, a suspendu sa collaboration avec lui après des accusations de violences de son ex-compagne Pamela Anderson. Quatre émissions sont prévues sur France 2 sur le créneau du samedi soir face à «Danse avec les stars» de TF1, dans une case dévolue auparavant au «Plus grand cabaret du monde» de Patrick Sébastien, parti l’an dernier après 23 ans sur la Deux. «Il s’agit de créer la surprise avec ce programme qu’on n’attendait pas forcément sur France 2», explique la directrice des programmes de France Télévisions Nathalie Darrigrand, qui ne diffuse pas de programme de ce type à part «Fort Boyard». «Après le succès du renouvellement des après-midi, nous avons entamé un profond renouvellement des soirées à destination d’un public familial. Ce jeu répond à cet objectif, avec en ligne de mire les JO», selon Cyril Giraudbit, directeur de l’antenne de France 2.