G. BOULEAU (TF1) : « Depuis le début de la campagne, notre souci est de réintroduire du fond »

260

Gilles BOULEAU, Journaliste et Présentateur à TF1

Alors que la course à la Présidentielle bat son plein, TF1 lance à partir d’aujourd’hui un nouveau format, «Demain Président», dans lequel chacun des onze candidats sera projeté dans le bureau de l’Elysée. Explication et tour d’horizon avec Gilles BOULEAU, Journaliste et Présentateur à TF1.

media+

Pour la première fois dans l’histoire de TF1, le présentateur du JT va céder son siège aux candidats dans le nouveau rendez-vous «Demain Président». Qu’en est-il ?

Gilles BOULEAU

Du 10 au 21 avril, dans la continuité du journal de 20 heures et en direct, Anne-Claire Coudray et moi-même allons recevoir chaque soir un candidat à la Présidentielle. «Demain Président» est une interview structurée d’une vingtaine de minutes durant laquelle le candidat, auquel nous avons cédé notre siège, répondra à nos questions en direct, dans un décor en 3D reconstituant le bureau de l’Elysée. Le rendez-vous regroupe un reportage réalisé par Christophe Jakubyszyn sur les rencontres marquantes de chacun des candidats, une projection de ce que sera la France en 2022 à la fin du mandat du futur Président, ainsi qu’une séquence où l’invité répondra à une ou deux questions que les Français se posent.

media+

Comment vivez-vous cette campagne Présidentielle chez TF1 ?

Gilles BOULEAU

Depuis de longues semaines, nos journaux télévisés ont une teinte particulièrement politique. Ce sont des JT dans lesquels Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, Jean-Luc Mélenchon ou encore Nicolas Dupont-Aignan ont déclaré leur candidature. Au cœur des différentes éditions, nous avons construit des séquences identifiées. Nous essayons de nous guérir de la maladie dans laquelle le «New York Times» et d’autres journaux américains – pourtant excellents – sont tombés, c’est-à-dire, une éventuelle cécité autour de l’enjeu. Nous mettons en avant la parole citoyenne.

media+

Plus que jamais, le fond est-il au service de la forme ?

Gilles BOULEAU

Depuis le début de la campagne, notre souci est de réintroduire du fond. On ne peut pas nous faire le reproche d’être resté dans l’écume du débat, dans la politicaillerie ou dans l’arrière-cuisine. Nous abordons le fond, quand bien même les hommes et les femmes politiques ne le voudraient pas. Cette campagne est particulièrement nourrie et imprévisible.

media+

La quête de proximité, est-ce une tendance lourde pour TF1 ?

Gilles BOULEAU

C’est ce que j’ai fait pendant vingt-cinq ans en tant que reporter. Il est nécessaire d’entendre les Français et de réintroduire leurs témoignages dans le débat. Quelquefois, une vérité jaillit de façon évidente.

media+

Scrutez-vous avec attention l’audience du JT de TF1 vis-à-vis de la concurrence ?

Gilles BOULEAU

J’ai appris qu’il fallait prendre beaucoup de recul avec les audiences. Quand vous êtes dans l’ivresse d’une audience qui est très forte, vous pouvez vous demander à quoi bon réformer le journal. A contrario, si les audiences sont un peu moins bonnes pour des raisons souvent exogènes et étrangères au JT, et qui peuvent tenir à la grille ou au Prime Time, il ne faut pas tout remettre en cause. La clé est d’améliorer le journal en permanence, ne jamais s’endormir, ajuster la structure des sujets, écouter les téléspectateurs, créer des séquences et des infographies innovantes.