Le gouvernement britannique renonce à son projet très critiqué de privatiser la chaîne de télévision Channel 4

62

Le gouvernement britannique a indiqué ce jeudi 5 janvier qu’il renonçait à son projet très critiqué, annoncé en avril, de privatiser la chaîne de télévision Channel 4, au rôle important dans la création audiovisuelle du Royaume-Uni.

Channel 4 est la propriété du gouvernement depuis son lancement en 1982 mais tire son financement de la publicité, sans bénéficier de la redevance comme la BBC.

Elle doit réinvestir ses profits dans la création et son sort, en discussions depuis des mois, était très suivi dans les milieux culturels.

«Channel 4 est une réussite britannique et un pilier de nos industries créatives en plein essor. Après avoir examiné l’analyse de rentabilité et consulté les secteurs concernés, j’ai décidé que Channel 4 ne devait pas être vendue», a indiqué jeudi la ministre britannique de la Culture Michelle Donelan.

En avril dernier, sa prédécesseure sous le gouvernement de Boris Johnson, Nadine Dorris, avait annoncé son intention de privatiser la chaîne, en expliquant vouloir l’aider à «rivaliser» avec les géants du streaming.

Parmi les succès de Channel 4, on compte notamment The Great British Bake Off, émission de pâtisserie au succès considérable pendant les confinements, ou encore les séries It’s a Sin ou Derry Girls, saluées autant par les critiques que par le public.

La chaîne a diffusé parfois des programmes innovants ouvertement irrévérencieux et parfois polémiques.

A l’automne dernier, une émission demandait au public de se prononcer sur une éventuelle destruction d’oeuvres d’art d’auteurs «problématiques», dont Adolf Hitler.

L’abandon du projet de privatisation a été accueilli avec soulagement par Alex Mahon, directrice générale de Channel 4, qui s’est réjouie «d’une décision qui nous permet d’être encore plus une puissance dans le monde numérique».

Des membres du parti conservateur au pouvoir, très critiques en général contre l’audiovisuel public, reprochent régulièrement à Channel 4 d’être biaisée, notamment depuis que l’ancienne directrice de l’information Dorothy Byrne a qualifié en 2019 l’ancien Premier ministre Boris Johnson de «menteur» et de «lâche».