Le ministère américain de la Défense attribue un contrat massif de cloud à Amazon, Google, Microsoft et Oracle

302

Le ministère américain de la Défense a annoncé mercredi avoir attribué des contrats d’informatique à distance («cloud computing») pour neuf milliards de dollars à Amazon, Google, Microsoft et Oracle, revenant sur une précédente commande publique qui avait provoqué la controverse. Le «Joint Warfighting Cloud Capability» (JWCC) doit permettre au Pentagone d’accéder à la puissance du cloud des entreprises parmi les plus importantes du secteur afin de faire fonctionner un vaste ensemble d’outils numériques, «du quartier général au front». Fin 2019, sous l’administration de Donald Trump, Microsoft avait remporté un appel d’offres similaire à dix milliards de dollars nommé «Joint Enterprise Defense Infrastructure» (JEDI).Ecarté, Amazon – qui, avec son service AWS, est un des géants du cloud – avait contesté le choix du ministère américain de la Défense, laissant entendre qu’il s’agissait de représailles envers l’entreprise pour les positions supposément anti-Trump de son dirigeant, Jeff Bezos. L’appel d’offres remporté par Microsoft seul a été annulé, «car il ne répondait pas aux besoins actuels», assure le Pentagone, qui a lancé le JWCC, rassemblant quatre contrats pour un total maximum de neuf milliards de dollars.