Les réalisateurs français Claire Denis, Rithy Panh et François Ozon en compétition à la Berlinale 2022 qui démarre le 10 février

74

Des films des réalisateurs français Claire Denis, François Ozon et Rithy Panh font partie des 18 oeuvres en compétition à la Berlinale 2022, qui démarre le 10 février, ont annoncé mercredi les organisateurs. Au total, 18 films sont sélectionnés dans la compétition officielle du festival de cinéma, qui se tient du 10 au 16 février avec des jauges limitées, poussée du variant Omicron oblige, après une édition 2021 entièrement en ligne. 

«Les films sont comme chaque année une bonne description du monde dans son état actuel de mutation mais aussi de comment le monde était avant et comment il devrait et pourrait être», a relevé lors de la présentation le directeur artistique du festival, Carlo Chatrian. Claire Denis sera pour la première fois en compétition pour décrocher l’Ours d’or. 

Son film, «Avec amour et acharnement», est une adaptation de «Un tournant de la vie», de Christine Angot, co-scénariste du film dans lequel jouent notamment Juliette Binoche et Vincent Lindon.

François Ozon fera l’ouverture du festival le 10 février avec «Peter von Kant», adaptation «libre», avec Isabelle Adjani, du film du réalisateur allemand Rainer Werner Fassbinder «Les larmes amères de Petra von Kant». Le réalisateur franco-cambodgien Rithy Panh proposera lui «Everything will be ok», un «conte moral apocalyptique», selon M. Chatrian. Le réalisateur coréen Hong Sangsoo («The Novelist’s film»), le Français Mikhaël Hers («Les passagers de la nuit», avec Charlotte Gainsbourg) ou encore l’Italien Paolo Taviani, auteur sans son frère Vittorio de «Leonora Addio», font eux aussi partie de la sélection officielle. «Plus de la moitié des films sélectionnés se déroulent à l’époque actuelle mais seuls deux d’entre eux traitent de la pandémie», a relevé Carlo Chatrian. «Les liens humains et affectifs sont le fil conducteur, la moitié de la sélection choisissant la famille comme contexte de leurs récits», a-t-il expliqué, ajoutant que «presque tous les films se déroulent en dehors des centres villes», plutôt en «périphérie ou à la campagne». 

Outre la compétition officielle, la Berlinale offre des sélections parallèles dans lesquelles seront projetés notamment les nouveaux films de Quentin Dupieux («Incroyable mais vrai», avec Alain Chabat et Léa Drucker) et du maître du «giallo» italien Dario Argento («Dark Glasses», avec sa fille, Asia). L’actrice française Isabelle Huppert recevra elle un Ours d’or d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. 

Contrairement aux dernières éditions des festivals de Venise et Cannes, qui avaient programmé de grosses productions américaines telles que «Dune», de Denis Villeneuve, et «The French Dispatch», de Wes Anderson, cette 72e édition de la Berlinale n’a pas fait le même pari destiné à mobiliser les studios américains. La Berlinale fait toutefois un pas vers le retour à la normale avec cette édition en public, quand le festival américain du film de Sundance démarre lui jeudi en virtuel. Le festival de Cannes, qui se tiendra de nouveau en mai et non plus en juillet comme en 2021, devrait lui aussi renouer avec son fonctionnement traditionnel.