L’INA lance le 8 décembre le Lab pour mettre la data au service de la recherche sur les médias

64

L’INA, qui accompagne déjà les chercheurs grâce à l’INAthèque, lance le lab, une nouvelle offre pour l’exploration et l’analyse des données issues des collections conservées par l’Institut. Des outils numériques et un ensemble de services pensés pour éclairer le temps long des pratiques et des discours médiatiques à la radio, à la télévision et sur le web. L’INA, qui opère l’un des plus grands data centers audiovisuels au monde et dont les collections s’enrichissent chaque année d’1,5 million d’heures de médias, veut stimuler la recherche à partir de ses données. C’est ce que permettra le lab, un incubateur de projets de recherche centrés sur l’exploitation de données dans tous les champs des sciences sociales. Le lab, ce sont des lieux accessibles et modulables pour l’accueil des chercheurs, l’animation scientifique ou la formation. C’est aussi une équipe experte de data scientists et de documentalistes, à l’écoute des besoins. Ce sont enfin des services : accès à la donnée, mise à disposition d’une «boîte à outils» spécifiques développés par l’INA, ……Le jeudi 8 décembre au mk2 Bibliothèque à Paris, ce nouveau dipsositif sera présenté par les équipes de l’INA. L’événement sera également l’occasion d’une conférence inaugurale du journaliste Xavier de la Porte, «Histoire d’un voyage en terre informatique». Enfin, la remise des Prix de l’INAthèque distinguera des travaux qui contribuent à enrichir la réflexion contemporaine sur les évolutions de l’écosystème audiovisuel et numérique. Pour 2022, le Prix de la Recherche sera attribué à Aurélie Aubert, pour son mémoire sur les formats courts d’information circulant via les réseaux sociaux, et le Prix d’Encouragement à Adrien Julla-Marcy, pour ses recherches sur le documentaire historique à la télévision.