Maintien amendement UMP-NC pour pérenniser l’exonération de la redevance

    177

    Les députés n’avaient toujours pas tranché mercredi en début d’après-midi la question qui divise l’UMP sur le maintien total ou partiel de l’exonération des 116 euros de redevance audiovisuelle pour les foyers âgés modestes. La commission des Finances de l’Assemblée n’avait pas encore étudié les amendements UMP qui proposent soit le maintien de l’exonération pour 800 000 personnes, soit une exonération partielle de 50% pour 2008, a-t-on appris de source parlementaire. La décision a du intervenir en début de soirée, alors que la discussion générale sur le collectif budgétaire a commencé peu après 16h00. Plusieurs députés UMP ont proposé mardi une exonération partielle de 50%, soit 58 euros à payer. Le député UMP Jacques Remiller, «pas satisfait» de cette proposition, a annoncé mercredi qu’il maintiendrait son amendement, prévoyant la pérennisation de l’exonération de la redevance télé pour les foyers aux revenus modestes. L’amendement de M. Remiller est cosigné par 73 députés de la majorité. Le vice-président du groupe UMP, Jean Leonetti, déplore aussi l’amendement sur une exonération partielle, y voyant «une demi-mesure» peu satisfaisante à l’heure où le pouvoir d’achat est affiché comme une priorité par l’exécutif. «Je ne doute pas une seconde que le gouvernement bouge là-dessus, comme s’y est engagé mardi François Fillon devant le groupe. On est là pour faire infléchir le gouvernement. A nous aussi de trouver des nouvelles recettes, pour 100 millions d’euros, pour compenser le manque à gagner» lié à une exonération totale, a-t-il ajouté. D’autres députés UMP -Lionnel Luca et Eric Ciotti des Alpes Maritimes, département où les retraités sont nombreux- ont déposé un amendement pour «exonérer de la redevance audiovisuelle les personnes de plus de 65 ans non imposables à l’impôt sur le revenu». De son côté le président du groupe PS à l’Assemblée Jean-Marc Ayrault a demandé à la majorité «d’abroger cette taxation de personnes qui n’ont pas les moyens». La fin programmée de l’exonération est la conséquence de l’alignement de la collecte de la redevance sur la taxe d’habitation en 2004. Le maintien de l’exonération des 116 euros de redevance représente un enjeu de 50 à 100 millions d’euros, selon les estimations.