Opérateur télécom interdit aux USA: la Chine dénonce un «abus de pouvoir»

177

La Chine a dénoncé jeudi un «abus de pouvoir» des Etats-Unis, qui ont interdit à deux opérateurs chinois de télécommunications de poursuivre leurs activités sur le sol américain au nom de «risques» pour la sécurité. Cette décision américaine intervient dans un contexte de tensions diplomatiques persistantes entre Pékin et Washington, ainsi que de rivalité technologique entre les deux premières puissances mondiales.
Les Etats-Unis «outrepassent de manière flagrante (les limites) du concept de sécurité nationale et abusent de l’autorité de l’Etat pour mettre au pas une entreprise chinoise», a déploré Zhao Lijian, un porte-parole de la diplomatie chinoise.
«C’est une grave violation des règles économiques et commerciales internationales, qui porte atteinte aux droits et intérêts des consommateurs, y compris des usagers américains», a-t-il souligné lors d’une conférence de presse.
L’agence américaine chargée des télécoms (FCC) a annoncé mercredi avoir révoqué la licence de l’opérateur chinois Pacific Networks et de sa filiale ComNet afin de prémunir le réseau national de «risques» en matière de sécurité.
Ces entreprises devront démanteler leurs activités aux États-Unis dans les 60 jours. La FCC avait indiqué dès mars 2021 que Pacific Networks et ComNet ne répondaient pas aux exigences de transparence et de sécurité requises. Au terme d’une enquête, l’agence a conclu que ces entreprises «sont des filiales américaines d’une entité contrôlée par l’État chinois, les rendant sujettes à l’exploitation, à l’influence et au contrôle du gouvernement chinois et les forçant à se plier aux exigences du gouvernement chinois».
Cette situation fait peser un risque pour la sécurité nationale des États-Unis, estime la FCC. Selon elle, Pékin pourrait se servir de cet accès au réseau de télécommunications américain à des fins «d’espionnage ou d’autres activités néfastes».
Zhao Lijian a souligné que Washington n’avait pu lister «aucune violation spécifique» commise par les entreprises incriminées.
Pékin va selon lui «continuer de prendre les mesures nécessaires» pour protéger les intérêts des compagnies chinoises.La FCC avait déjà interdit ces derniers mois aux opérateurs China Telecom Americas et China Unicom Americas d’exercer leur activité aux États-Unis pour des raisons similaires.
China Unicom avait protesté contre cette décision, affirmant qu’elle ne reposait sur aucune «raison valable». La question de l’espionnage chinois avait été l’un des chevaux de bataille de la présidence de Donald Trump. Un thème que son successeur Joe Biden a très largement repris.