P. SISSMANN : «Nous avons un budget de 8,5M€ de Gigantosaurus»

846

MEDIA +

Crée il y a 15 ans, Cyber Group Studios s’est imposé en France et à l’international. Ça s’est fait rapidement ?  

Pierre SISSMANN

Nous avons suivi un plan de marche. J’ai cofondé Cyber Group Studios avec des anciens de Disney, un groupe que j’ai dirigé dans les années 90 en Europe, Moyen-Orient et Afrique. Avec Cyber Group Studios, nous avions identifié ce que le marché souhaitait. A l’époque, il y avait beaucoup d’action-aventure mais aussi des séries romantiques. Pendant mes années chez Disney, j’avais produit des séries comme «Winnie l’ourson» ou «La bande à Picsou». Je savais pertinemment que le préscolaire était un segment très fort. Voilà pourquoi Cyber Group Studios s’est spécialisé dans ce domaine au démarrage et en images de synthèse. On a commencé à produire «Ozie Boo !», une série en 3D sur le vivre-ensemble autour de petits pingouins. Nous avons alors rencontré un succès mondial après avoir vendu la série à Disney et Tiji, et fait le tour du monde avec la série qui a lancé la société.

MEDIA +

Comment analysez-vous l’évolution du secteur ?

Pierre SISSMANN

En 15 ans, il y a eu à la fois une évolution des technologies mais aussi des formats grâce à l’apparition de nouvelles chaînes jeunesse. Les diffuseurs ont fait évoluer leurs programmes vers des formats plus courts pour éviter que les enfants zappent. On est donc passé de la série de 26’ à 22’. Et sous l’influence de gros acteurs, beaucoup de séries ont trouvé une autre écriture en 11’, notamment pour les plus jeunes. Avec la crise en 2009, le secteur de l’animation a produit davantage de comédies. Les temps étaient difficiles. Les chaînes recherchaient des marques rassurantes. A cette époque, nous avions produit «Mademoiselle Zazie» pour France Télévisions, l’une des premières séries qui parlait de diversité. Le service public français a été très précurseur dans cette démarche. Mais ce n’est qu’en 2013-2014 que les diffuseurs internationaux se sont réveillés en demandant plus de diversité et d’héroïnes.

MEDIA +

Pour les vacances d’avril, France 5 propose «Gigantosaurus». Un succès déjà mondial…

Pierre SISSMANN

«Gigantosaurus» est une série adaptée de l’univers de Jonny Duddle, qui lors d’un déjeuner m’a montré des croquis de dinosaures. J’ai trouvé cela génial. Jonny en a fait un livre. Et nous avons adapté son univers en série ludo-éducative de 52X11’. Nous avons disposé d’un budget de 8,5M€ alors que le budget moyen d’une série d’animation est de 7,5M€ en France, et créé 40 espèces de dinosaures et 70 décors différents. La partie animation a été produite par Blue Spirit. Nous nous sommes chargés dans nos studios de toute la pré-production. La série «Gigantosaurus» est sortie le 25 décembre 2019 sur CCTV en Chine et cela nous a propulsé n°1 à l’international pour une série préscolaire, après être resté dans le Top 3 de Disney Junior aux États-Unis pendant près de 11 mois en 2019. Disney+ vient d’ailleurs de nous commander deux nouvelles saisons de 104 épisodes. Ce sera donc la 1ère série originale purement française sur cette plateforme prestigieuse. Nous fabriquons aussi un ensemble de contenus additionnels (digitaux, clips  musicaux,…) qui ont pour but de renforcer la marque.

MEDIA +

Comment déclinez-vous la partie droits dérivés ?

Pierre SISSMANN

Cyber Group Studios s’est associé, entre autres, à la société Outright Games pour étendre l’univers et développer un jeu vidéo «Gigantosaurus». Nous avons signé aussi avec JAKKS, un «master-toys» américain, qui commercialisera les jouets en Europe à la fin de l’année, après les avoir sortis aux USA en 2019. A ce jour, avec notre propre organisation et notre réseau d’agents, nous avons déjà signé plus de 25 licences de produits dérivés à travers le monde.

MEDIA +

Des projets en cours ?

Pierre SISSMANN

Nous avons en ce moment 6 séries en fabrication et une dizaine en développement. Et nous allons démarrer la production de «Héros à moitié», une comédie pour France TV sur des super-héros du quotidien qui ont des demi-pouvoirs. Nous terminons également une nouvelle version de «Tom Sawyer» en 3D. J’ai aussi co-écrit «Digital Girl», une série de super-héroïne sur les dangers de l’internet, qui vient d’être acquise par la chaîne allemande Super RTL et par le réseau Discovery en Amérique Latine. Enfin, TF1 proposera à la fin de l’année, «Droners», une série sur les drones que nous avons coproduit avec Supamonks Studios et La Chouette Compagnie. Des contrats de licences ont déjà été signés en publications et sur la fabrication de drones qui voleront fin 2020, au moment de la diffusion de la série.

LES DIRIGEANTS

P. SISSMANN

Président

D. BOURSE

DG

COORDONNEES

44 B Quai de Jemmapes

75010 Paris

DATE DE CREATION

2005

PRODUCTIONS

«Gigantosaurus», «Ozie Boo !», «Zoo», «Droners», «Taffy»…