Pour 2021, Bollywood veut renouer avec la gloire

37

Ses danses et chansons permettent normalement aux Indiens d’échapper à leur quotidien mais Bollywood a connu une année noire en raison de scandales, du décès de stars et de la pandémie. Pour 2021, le cinéma indien veut renouer avec la gloire. L’industrie cinématographique basée à Bombay, la plus prolifique au monde, a d’abord dû encaisser la mort tragique, à 36 heures d’intervalle, de deux de ses idoles, Irrfan Khan et Rishi Kapoor, au mois d’avril. Le cortège de décès s’est poursuivi avec ceux du compositeur Wajid Khan, des suites du Covid-19 à 42 ans, du réalisateur Basu Chatterjee, de la 1ère chorégraphe de Bollywood Saroj Khan et du chanteur S.P. Balasubrahmanyam, comptant 40.000 chansons de cinéma à son répertoire. Mais c’est sans doute le suicide du comédien Sushant Singh Rajput, à 34 ans, qui a suscité le plus grand émoi, notamment après l’arrestation de son ancienne compagne, l’actrice Rhea Chakraborty accusée de lui avoir acheté de la drogue. Certains médias s’étaient déchaînés contre la star de 28 ans, l’accusant d’avoir recouru au cannabis et à la magie noire afin de conduire Rajput au suicide. Des vedettes dont la superstar Deepika Padukone, ont été interrogées en septembre par la police pour les besoins de l’enquête avant la libération sous caution de Rhea Chakraborty en octobre après quelques mois passés en détention. Bollywood a été dépeint par certains comme un milieu d’inéquité, dépravé par la consommation de drogue. «La campagne de diffamation menée par certains médias contre l’industrie du cinéma a été épouvantable», a déclaré l’actrice Swara Bhasker, «l’année a été terrible». Dans le même temps, le coronavirus a obligé les producteurs de films à marquer une pause dans les tournages de Bollywood, coeur de l’industrie du film en hindi, ou dans les autres bastions régionaux du cinéma indien. Or sur les plateaux, fourmille normalement une multitude de coursiers, de figurants et de travailleurs mal payés. «La perte d’emplois et de revenus a été préjudiciable pour nombre d’entre eux», souligne Swara Bhasker. Les productions ont provisoirement repris mais les restrictions contre le Covid-19 leur interdisent de tourner les scènes musicales caractéristiques.Les cinémas, fermés pendant des mois, ont rouvert en octobre, mais les spectateurs redoutant le coronavirus ne sont toujours pas revenus. Les sorties de films en salle sont en suspens, et les producteurs se tournent vers les plateformes de streaming qui connaissent un essor fulgurant. C’est le cas du film policier «Ludo» lancé sur Netflix le mois dernier. Lui, pourtant, estime que l’expérience en salle obscure «ne saurait être remplacée». «Nous aimons nos sorties au cinéma et regarder nos films sur grand écran tout en dégustant nos pop-corn, nos samosas et nos boissons fraîches, accompagnés d’amis, de la famille», dit-il. «Je crois absolument au retour des cinémas, je l’espère vraiment», ajoute-t-il admettant que cette perspective restait aujourd’hui incertaine. «Quelle sera la nouvelle normalité ?». Si Hollywood a évoqué l’idée de projeter des films en salles et sur les plateformes numériques simultanément – Warner Bros prévoyant d’appliquer cette stratégie pour toutes ses sorties de films en 2021 – Bollywood n’a rien annoncé de tel. Pour le réalisateur et comédien Anurag Kashyap, qui joue dans «AK vs AK», une comédie noire qui sort cette semaine sur Netflix, «certains films exigent d’être projetés sur grand écran». Les cinéastes tournent leurs films dans des conditions adaptées au mode de projection prévu avec la production, explique-t-il, aussi «studios et distributeurs doivent tenir leur promesse». Confrontés aux pertes accumulées, nombre de cinémas ont tiré le rideau et nombre d’autres envisagent de déclarer forfait, prévient Komal Nahta, expert du marché du cinéma. «Cela va être catastrophique», confie-t-il. Mais certains observateurs optimistes veulent croire que la progression de la vaccination permettra au cinéma indien de réaliser un come-back théâtral digne des meilleurs films de Bollywood.