Réactions d’artistes internationales au décès à Paris du compositeur de musiques de films Michel Legrand

764

Réactions d’artistes internationales au décès à Paris du compositeur de musiques de films Michel Legrand.

– La chanteuse américaine Barbra Streisand, également réalisatrice du film «Yentl» pour lequel Michel Legrand a obtenu un Oscar en 1984 (sur Instagram): «J’ai eu le plaisir de collaborer pour la première fois avec Michel en 1966 quand il a arrangé mon premier album en français, «Je m’appelle Barbra». Et nous avons travaillé ensemble plusieurs fois depuis. (…) Sa magnifique musique perdurera toujours. Je chérirai les souvenirs de notre travail ensemble».

– Le producteur et compositeur américain Quincy Jones, ami de Michel Legrand, avec lequel il avait collaboré (sur Twitter): «Repose en paix mon ami et mon frère, Michel Legrand. Tu resteras toujours l’un des plus grands compositeurs et auteurs qui aient jamais couché la plume sur le papier. Tu me manqueras beaucoup, mon ami, mais je garderai chaque moment que nous avons passé ensemble dans un studio et dans la vie, à jamais…».

– La chanteuse grecque Nana Mouskouri, qui a interprété plusieurs des chansons de Michel Legrand: «Michel Legrand restera pour toujours un des plus grands musiciens de notre siècle. (…) Jusqu’au bout de son chemin d’artiste, il n’aura jamais cessé de créer. Ses notes étaient comme les vibrations de ses émotions, et ses harmonies ont été comprises et adorées dans le monde entier pendant plus de soixante ans». «Il nous laisse des mélodies éternelles, des chansons magnifiques. Sa discipline et son exigence étaient féroces, avec les autres mais aussi avec lui-même, car il avait toujours à coeur de toucher au plus près la perfection. Dans ma vie de chanteuse, avec nos duos ou ses chansons que j’ai servies avec la plus profonde sincérité, Michel Legrand restera l’un de mes grands maîtres».

– La pianiste et chanteuse de jazz australienne Sarah McKenzie qui a travaillé avec Michel Legrand et interprète l’une de ses compositions dans son album à paraître (communiqué). «J’ai eu le grand honneur de rencontrer Michel à Paris. (…) A l’époque, nous recherchions certaines de ses compositions les moins connues pour un projet d’album. Je m’étais entraînée intensément pendant quinze jours pour ce moment où je devrais jouer seule au piano et chanter devant lui. Cela a été l’un des moments nerveusement les plus éprouvants de ma vie quand il est arrivé!». «Avant de repartir, il m’a dit: «Tu as un grand feeling pour le jazz» et m’a proposé que nous nous produisions ensemble. Cela n’a malheureusement jamais pu se faire. (…) Sa contribution à la musique est énorme».