S. BODIER (ACPM) : « Le nombre de lecteurs total de la presse en France est d’abord digital »

49

Mardi 2 février, la presse sera à l’honneur en live streaming avec le 1er Festival de la Presse baptisé #DemainLaPresse, un événement à destination de tout l’écosystème (agences, éditeurs, régies, annonceurs). Entretien avec son organisateur Stéphane BODIER, Directeur général chez ACPM (Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias).

media+

Quelle est la vocation de ce 1er Festival de la Presse ?

Stéphane BODIER

Il y a d’abord un objectif conjoncturel : il était important de démarrer l’année avec dynamisme, compte tenu de la morosité ambiante. L’idée nous est venue à la mi-novembre, avec notre volonté d’agir et de retrouver le sourire. Force est de constater qu’en 2020, toutes les formes de presse, notamment d’information, ont montré un dynamisme incroyable. Les titres de presse en cuisine, mode et déco par exemple se sont totalement réinventés avec leur communauté de lecteurs. On traitera aussi de l’influence sociétale de la presse. 

media+

La presse a donc une vraie capacité à se renouveler ?

Stéphane BODIER

Absolument ! Toutes les familles de presse se sont renouvelées à la fois dans l’écriture, les sujets et leur relation avec le lectorat. Notre rôle est de mettre en avant ces initiatives mardi 2 février, de 10h à 18h30. Nous aborderons ainsi toutes les grandes thématiques de la presse. Nous retrouverons les plus grands acteurs de la presse, les meilleurs éditorialistes, journalistes et rédacteurs en chef …

media+

Vous parlez de dynamisme, même si les ventes de presse en kiosque se réduisent chaque année un peu plus…

Stéphane BODIER

Quand on parle de presse, nombreuses sont les personnes à penser aux supports papiers. Mais aujourd’hui, le nombre de lecteurs total de la presse en France est d’abord digital. Grâce au digital et aux exemplaires en PDF, certaines familles de presse commencent à avoir des diffusions achetées qui n’ont jamais été aussi importantes.

media+

C’est le cas de quels supports ?

Stéphane BODIER

«Le Monde» par exemple. Le journal a dépassé les 400.000 exemplaires digitaux vendus tous les jours, ce qu’il n’a jamais fait depuis son existence. Plus qu’un relai, le digital a pris le pas sur le papier. Ce processus global s’est accéléré par la Covid.

media+

Y’a-t-il un avant et un après Covid sur la consommation de la presse ?

Stéphane BODIER

Oui, il y a eu un énorme booste de consommation digitale. Dans un contexte d’actualité toujours dense, les sites et les applications d’actualité et d’information généraliste cumulent en décembre plus de 2 milliards de visites en décembre et enregistrent une progression de 28% par rapport à décembre 2019. Même si les Français lisaient la presse avant la pandémie, il y a une redécouverte de son indispensabilité, notamment sur la presse d’information depuis 1 an. La presse quotidienne régionale pendant les confinements a fait beaucoup de choses pour donner du sens, rendre service et se rapprocher de leurs lecteurs. La presse cuisine, déco et féminine s’est aussi réinventée. Voilà pourquoi ce festival #DemainLaPresse vise à mettre en avant le renouvellement du secteur et cette effervescence nouvelle.