«Scandale de la reconnaissance faciale» : les députés LFI annoncent saisir la justice

149

«Le groupe LFI a indiqué mardi être «en train de saisir la justice» et a réclamé une commission d’enquête parlementaire sur le «scandale de la reconnaissance faciale», après des informations de presse concernant l’utilisation par la police d’un logiciel de vidéosurveillance. «C’est un énorme scandale», a estimé le député LFI Aurélien Saintoul, lors du point presse de son groupe à l’Assemblée. «Notre réaction est double. Notre groupe est en train par l’intermédiaire d’Ugo Bernalicis (député LFI du Nord) de saisir la justice au titre de l’article 40 du Code de procédure pénale. Nous déposons aussi une demande de commission d’enquête (parlementaire) sur ce sujet qui est gravissime», a-t-il poursuivi. Le sort de cette demande de commission d’enquête parlementaire est toutefois incertain, puisque le groupe LFI a déjà utilisé sur un autre sujet son «droit de tirage» annuel, qui lui permet d’obtenir de facto ce type de commission à l’Assemblée. Selon Aurélien Saintoul, l’éventuel recours à la reconnaissance faciale par des forces de l’ordre constituerait «une atteinte gravissime aux libertés publiques. L’usage de ces logiciels de reconnaissance faciale et de surveillance algorithmique contrevient à la loi, que ce soit le RGPD (règlement général sur la protection des données), la loi Informatique et libertés et plus récemment encore, la loi Jeux olympiques», a-t-il souligné. Pour les JO-2024 à Paris, «je vous rappelle que dans notre hémicycle, nous avons débattu de la question de la vidéosurveillance algorithmique et qu’explicitement le Parlement s’était prononcé pour empêcher l’utilisation de la reconnaissance faciale», a insisté le député des Hauts-de-Seine. Gérald Darmanin a annoncé lundi avoir demandé une enquête administrative sur l’éventuelle utilisation par les services du ministère de l’Intérieur de la reconnaissance faciale via un logiciel de vidéosurveillance. Le ministre de l’Intérieur réagissait à la publication d’informations du site d’investigation Disclose selon lesquelles la police utiliserait un logiciel de vidéosurveillance édité par la société israélienne BriefCam dont une des fonctionnalités permet la reconnaissance faciale. «Nous utilisons BriefCam comme d’autres logiciels, mais sous l’autorité d’un magistrat», a-t-il dit sur France 5. «Mais, a-t-il ajouté, non, à ma connaissance, nous n’utilisons pas de reconnaissance faciale». La Cnil, autorité indépendante gardienne de la vie privée des Français, avait annoncé mercredi dernier le lancement d’une «procédure de contrôle» visant le ministère de l’Intérieur après la publication de l’enquête de Disclose.