Le groupe Canal+ acquiert le distributeur de chaînes M7

200

Le groupe de télévision payante Canal+ a signé lundi son «plus gros projet d’acquisition à l’international», avec le rachat de M7, un distributeur de chaînes basé au Luxembourg pour un montant «légèrement supérieur» à 1 milliard d’euros. Canal+ a annoncé avoir signé un accord pour racheter M7 au fonds d’investissement européen Astorg.Le groupe espère approcher les 20 millions d’abonnés dans le monde grâce à cet opérateur de télévision payante (3 millions d’abonnés) qui distribue des chaînes comme Disney Channel, HBO, Eurosport ou National Geographic au Benelux et en Europe centrale. «Nous sommes très fiers d’annoncer le plus gros projet d’acquisition du groupe Canal+ à l’international», a tweeté Maxime Saada, le patron de Canal+. «Le prix d’acquisition serait légèrement supérieur à 1 milliard d’euros pour un c.a. de plus de 400 millions d’euros et une profitabilité relative pour le groupe Canal+ et Vivendi», détaille le communiqué, en précisant que l’opération est soumise à l’approbation de la Commission européenne. Basée au Luxembourg, la société M7 agrège et distribue des chaînes locales et internationales, par satellite et plateformes OTT (services en ligne), en Belgique, Pays-Bas, Autriche, République tchèque, Slovaquie, Hongrie et Roumanie. Pour Canal+, cette acquisition représente une opportunité de développement à l’international – en s’implantant dans 7 nouveaux pays européens – alors que la chaîne subit une érosion de son parc d’abonnés en France. A l’international, le groupe assure avoir développé «une importante présence sur des territoires à fort potentiel de croissance» en Asie mais surtout en Afrique, où il compte 4,1 millions d’abonnés, selon son site internet. Le groupe se présente également comme l’un des leaders de la TV payante en Pologne avec près de 2,2 millions d’abonnés. En 2018, le groupe comptait 300.000 abonnés individuels de moins en métropole qu’en 2017, selon les résultats annuels publiés par sa maison-mère Vivendi en février. Soit une baisse de 4,4%, à 4,73 millions. «Je me réjouis de cet accord», a déclaré Jacques du Puy, président de Canal+ International. «Il permettrait de combiner les talents des équipes managériales de Canal+ et de M7, (…). Nos activités s’étendraient sur 40 pays répartis autour de 3 centres de gravité en Europe, Afrique et Asie», si l’accord arrive à bon port. La transaction devrait être conclue en septembre 2019, a indiqué un communiqué commun de M7 et du fonds Astorg. Le fonds d’investissement généraliste Astorg avait pris une participation majoritaire dans M7 en 2014. «On arrive à près de 5 ans de détention et la société s’est bien développée», a assuré Charles-Hubert Le Baron, directeur associé chez Astorg. «On a fortement soutenu tous les projets d’acquisition de M7, le plus récent étant la reprise des activités de UPC Direct en Europe de l’est, où on a racheté des bases d’abonnés en République tchèque, en Slovaquie, en Hongrie et en Roumanie. Et on a fortement poussé les offres OTT, ce qui correspond à l’accès au contenu via internet, notamment sur mobile», a-t-il complété. Selon lui, le c.a. de M7 est passé en 5 ans d’environ 300 millions d’euros à plus de 400 millions d’euros actuellement, ce qui est le résultat «à la fois de la croissance organique et des acquisitions». Le groupe s’est également bien développé «d’un point de vue rentabilité», selon M. Le Baron. «Cette croissance nous a permis de changer complètement le profil de la société en passant de la technologie du satellite, qui peut être perçue comme ancienne, à l’avenir qui est plutôt l’OTT et la combinaison des deux», a-t-il assuré. «M7 exploite également un fournisseur d’accès Internet et de téléphonie aux Pays-Bas, Online.nl» et «est l’un des principaux opérateurs de télévision payante par satellite DTH dans le Benelux ainsi qu’en République tchèque et en Slovaquie», a complété le communiqué.