«Les Echos» : Mathieu Gallet nommé président du conseil de surveillance

242

L’ancien PDG de Radio France, Mathieu Gallet, a été nommé mercredi président du conseil de surveillance des «Echos», a annoncé le groupe Le Parisien-Les Echos, propriétaire du quotidien enlisé dans une crise de gouvernance depuis près d’un an. Le dirigeant de 47 ans succède ainsi à André Lévy-Lang, 86 ans, l’ancien patron de Paribas (1990-1999) «ayant fait part de sa volonté d’être déchargé de ses fonctions», selon un communiqué du groupe. Le conseil de surveillance a «voté la nomination de Mathieu Gallet comme président» mercredi, après avoir approuvé sa désignation comme membre indépendant du conseil par un comité représentant l’actionnaire et la Société des journalistes (SDJ) des «Echos». Ce comité l’avait proposé «à l’unanimité». Mathieu Gallet rejoint ainsi les 2 autres membres indépendants du conseil, la directrice de l’école de journalisme de Sciences Po Alice Antheaume et le juriste Nicolas Molfessis. Cette nomination survient alors que ces derniers mois les journalistes ont exprimé leur crainte concernant l’indépendance du journal, privé de directeur de la rédaction depuis fin septembre. Ce mois-là, la rédaction s’est opposée à une large majorité à la nomination à ce poste de François Vidal, proposé par le conseil de surveillance et qui assurait l’intérim depuis mars et le départ surprise de l’ancien directeur de la rédaction, Nicolas Barré. La SDJ des Echos avait à l’époque dénoncé une «éviction brutale par l’actionnaire» à la suite d’«articles qui auraient déplu». Début juin, la quasi-totalité des journalistes du titre avait fait une grève de 24 heures, se disant inquiets pour leur indépendance. «Un directeur de la rédaction doit avoir les capacités journalistiques et de management, et donner des gages d’indépendance», a expliqué une source interne souhaitant rester anonyme.