M. HIRST (Scénariste & Producteur):  » La prise de risque artistique est devenue plus intéressante à la TV qu’au cinéma »

235

Actu QUESTIONS : Michael HIRST, Scénariste & Producteur («Vikings», «The Borgias», «Camelott», «Les Tudors»)

A la télévision, les séries dites «historiques» se font assez rares. Pour autant, quand la promesse est tenue, le public est au rendez-vous. Entretien avec Michael HIRST, Scénariste & Producteur des séries «Vikings», «The Borgias», «Camelott» ou encore «Les Tudors».

Média+ : Producteur de séries historiques comme «Vikings», «The Borgias» ou encore «Les Tudors», comment abordez-vous vos productions  ?

Michael HIRST : Ce qui m’intéresse, c’est la vérité intrinsèque des personnages et de l’histoire que je raconte. Pour préparer au mieux mes séries et m’assurer de l’authenticité historique d’un sujet, je lis beaucoup de livres d’historiens même s’ils se contredisent tous. J’essaie clairement de tisser des intrigues avec ce qu’il faut à la fois de drames, de tensions et de suspense. Je fais beaucoup de recherches et je peux compter sur l’appui de conseillers historiques et universitaires. Je suis très fier par exemple de l’authenticité de «Vikings». La série s’est vendue un peu partout dans le monde, et elle cartonne en Scandinavie.

Les séries dites «historiques» ont-elles retrouvé leur lettre de noblesse en TV ?

L’histoire n’est pas une discipline morte, il s’agit d’un continuum dans l’espace-temps. Ma mission est d’inscrire le passé dans le présent et de relever des questions historiques afin de les rendre pertinentes à notre époque. Aux Etats-Unis il y a quelques années, les Networks ne montraient aucun intérêt pour les séries historiques. Et il s’avère que «Les Tudors» (2007-2010) a été la première série européenne, qui a rencontré le plus de succès aux Etats-Unis. Les téléspectateurs se sont identifiés à cet homme de 22 ans, le jeune Henry VIII lors de son début de règne en Angleterre et de ses relations tumultueuses avec les femmes.

Quels sont vos secrets pour rendre une série historique attrayante ?

Je me suis longtemps posé la question. Etant jeune, je regardais d’ennuyeuses séries en costumes sur la BBC. Cela n’avait aucun rapport avec ma vie. Du coup, je me suis dit que le secret de l’attractivité résidait dans la «stimulation» de l’histoire vécue par de vraies personnes, comme nous. Avec cette nouvelle perception, les séries d’histoire deviennent tout de suite beaucoup moins ennuyeuses.

Pourquoi toutes vos séries sont-elles des coproductions internationales ?

Pour deux raisons : avoir plus de budget et accéder à des allégements fiscaux. La majorité des séries européennes sont cofinancées aujourd’hui par les Américains. D’ailleurs, les séries TV ont été longtemps considérées comme le parent pauvre du cinéma. Mais la production télévisuelle est en train de vivre son âge d’or. Les bons réalisateurs ne veulent plus travailler pour le cinéma. Le défi est devenu plus intéressant à la télévision. Et concernant nos séries, elles sont tournées dans un studio flambant moderne situé en Irlande dans un endroit encore gardé secret. A très courte distance, nous avons tous types de paysages magnifiques à portée de mains : mer, montagne, forêt, …