R. BERGUES (Paris Film Forum): “The Production Forum va valoriser l’ensemble de la chaîne de production du film »

582

Pour sa 10ème édition, le «Salon des Tournages» change de nom. La manifestation devient «The Production Forum» by Film Paris Region, les 16 et 17 janvier 2020 au Parc Floral de Paris. Un programme riche et varié va aborder un ensemble de thématiques et problématiques de la filière audiovisuelle et cinéma, avec cette année un focus sur la responsabilité sociale des entreprises. Rencontre avec Rémi BERGUES, Directeur de Film Paris Région (Commission du film d’Île-de-France), en charge de «The Production Forum».

MEDIA +

En dix ans, votre manifestation s’est imposée comme le rendez-vous des professionnels du cinéma en France. Comment le contexte évolue-t-il ?

RÉMI BERGUES

Tout a beaucoup changé ! C’était au départ le «Salon des Tournages», permettant aux sites franciliens, aux départements et à l’ensemble des régions françaises de présenter leurs décors et leur politique d’accueil des tournages. Pour ses dix ans, la manifestation devient «The Production Forum» afin de répondre aux besoins de l’ensemble des acteurs de la production française et étrangère. On s’intéresse dorénavant à toute la chaîne de fabrication du film, du scénario aux talents en passant par la post-production. Les industries techniques et les studios seront évidemment présents. C’est un lieu d’échanges entre professionnels.

MEDIA +

Votre démarche est donc beaucoup plus «business» que par le passé ?

RÉMI BERGUES

C’est exact ! Nous avons beaucoup plus à offrir que des lieux de tournage. Toutes les étapes de production d’une œuvre audiovisuelle sont importantes. Nous devons valoriser l’intégralité de la filière à travers ce forum qui donnera lieu à des rendez-vous, des échanges et des projets. Le nombre d’exposants est croissant (plus d’une centaine). On attend près de 2.000 visiteurs. On veut rester à taille humaine, et toujours plus professionnel.

MEDIA +

Quels objectifs vous donnez-vous ?

RÉMI BERGUES

Nous allons assurer la promotion des lieux et des prestations de tournages, la mise en relation des professionnels de la filière Image mais aussi la valorisation des enjeux de production. Ces objectifs s’accompagnent d’une volonté d’illustrer l’ensemble de la chaîne de production. «The Production Forum» s’inscrit dans le cadre du «Paris Image Trade Show» regroupant un ensemble de manifestations professionnelles du secteur. Pour renforcer cette synergie, cette édition 2020 se tient en parallèle du «Micro-Salon» organisé par l’AFC, au Parc Floral de Paris.

MEDIA +

Quel est le profil de votre public ?

RÉMI BERGUES

Les professionnels uniquement : producteurs, régisseurs, réalisateurs,… Il y a 150.000 personnes en Île-de-France qui représentent la filière. Ce sont des chiffres en augmentation de +17% sur les trois dernières années. On accueille aussi les producteurs étrangers qui viennent à Paris et s’intéressent à des projets en France. 

MEDIA +

Le crédit d’impôt international reste-t-il attractif ?

RÉMI BERGUES

Plus que jamais ! Notre crédit d’impôt international est extrêmement attractif pour les productions internationales qui veulent tourner en France. Il y a un débat au sein de l’Assemblée nationale pour monter ce taux de 30 à 40% sur les effets spéciaux. C’est en bonne voie. Ces outils fiscaux sont importants pour attirer les productions étrangères sur notre territoire. Les plateformes américaines comme Netflix ou Disney+ vont avoir l’obligation de tourner 30% de leur production localement. Il faut donc être capable de leur proposer des avantages fiscaux mais aussi de leur offrir toute l’histoire de notre pays, la culture française. Nous avons des talents, des entreprises très reconnues dans le domaine des industries techniques. La French Tech s’applique aussi à la filière de l’audiovisuel et du cinéma.

MEDIA +

Les productions deviennent-elles éco-responsables par la même occasion ?

RÉMI BERGUES

Exactement ! On a un vrai sujet d’impact environnemental des productions. Film Paris Region travaille sur ses enjeux depuis dix ans, par le biais du collectif Ecoprod, dont il est membre fondateur au côté de la Région Ile-de-France, et en tant que partenaire sur le projet européen «Green Screen». Ce projet nous donne la possibilité de participer à la formation de professionnels français sur tout ce qui touche l’éco-production.

MEDIA +

Des efforts vont-ils dans ce sens ?

RÉMI BERGUES

Il y a un beau projet à Brétigny-sur-Orge (porté par le groupe TSF) qui vise à construire des studios 100% éco-conçus et éco-responsables. Neuf plateaux vont donc sortir de terre dans les 24 prochains mois. A partir du moment où nous avons des studios éco-responsables, nous serons en capacité d’aller encore plus loin dans l’éco-production. Moins on consomme d’énergie, plus on fait des économies.

MEDIA +

Et concernant les tournages au cœur de Paris ?

RÉMI BERGUES

Pour pouvoir tourner dans des lieux iconiques à l’intérieur de Paris, il sera bientôt nécessaire d’avoir des véhicules propres et une consommation faible en énergie. Une journée de tournage dans les rues de Paris nécessite près de 30 camions parqués dans la ville et qui génèrent des nuisances. Fort heureusement, les pratiques changent et nous les accompagnons.