A-G. SY (Sortlist) : « ChatGPT permettrait un gain de productivité de l’ordre de 74% »

400

ChatGPT annonçait un million d’utilisateurs une semaine après son lancement, et il semblerait qu’en quelques jours le logiciel soit déjà devenu un incontournable au bureau. Face aux nouvelles vagues de licenciement dans la tech, il semblerait également que l’outil vienne semer d’autres inquiétudes. D’autant qu’entre temps, ChatGPT est intégré à Bing, posant les mêmes soucis au monde du SEO. Dans le cadre d’une étude, Sortlist a décidé d’interroger 500 employés et employeurs utilisateurs de ChatGPT dans six pays différents pour faire le point et comprendre ce qu’ils pensent de l’apparition de cette intelligence artificielle. Entretien avec Anne-Gaëlle SY, Senior Content Editor chez Sortlist, en charge de l’étude sur ChatGPT.

 ChatGPT, un phénomène en devenir ? 

 A son lancement, on pouvait aisément considérer ChatGPT comme un phénomène. Quelques semaines après son lancement, nous sommes devenus conscients de ses limites après l’avoir utilisé. A défaut d’être un phénomène, c’est une avancée technologique comme beaucoup d‘autres. Nous n’avons pas la même vision du bot qu’auparavant. (Le bot étant un agent logiciel qui fonctionne sur internet et effectue des tâches répétitives, ndlr). Cette peur de remplacer l’humain n’est plus aussi forte qu’avant.

Quels sont les chiffres clés à retenir de votre étude ?

Nous avons décidé d’interroger en début d’année 500 employés et employeurs utilisateurs de ChatGPT dans six pays différents (Royaume-Uni, Belgique, Allemagne, Espagne, Pays-Bas et France) pour faire le point et comprendre ce qu’ils pensent de l’apparition de ChatGPT sur le marché du travail et s’ils le considèrent comme une menace ou une opportunité. Selon notre étude, les employeurs estiment que l’outil permettrait un gain de productivité de l’ordre de 74% en moyenne. Il est très intéressant de voir comment un service jusque-là gratuit soit si facilement accessible, et pouvant booster la productivité. Mais derrière la digitalisation, l’automatisation et la robotisation, il y a encore besoin de beaucoup d’humains.

Avec chaque avancée technologique, y’a-t-il toujours de grandes différences d’opinions entre les générations ?

Absolument ! Les millenials dans la technologie et la finance sont 2,4 fois plus préoccupés que ChatGPT prenne leurs emplois dans les différents secteurs d’activité. Toutefois, ce chiffre augmente de manière significative lorsqu’il s’agit de ceux qui travaillent dans les secteurs des logiciels et des technologies.

Une semaine après son lancement, ChatGPT enregistrait 1 million d’utilisateurs. Et aujourd’hui ?

A ce jour, ChatGPT enregistre près de 13 millions d’utilisateurs au quotidien.

Comment expliquer un tel engouement ? 

Nous sommes face à un outil qui peut non seulement effectuer des tâches propres à l’humain, mais c’est aussi un service accessible à tous dans tous les domaines d’activités.

ChatGPT, menace ou opportunité ? 

La perception de la menace a fortement baissé. L’opportunité a changé de perspective: ChatGPT va permettre d’augmenter la productivité à côté de l’humain, sans le remplacer. Le service commet encore des erreurs très basiques.

Quelles inquiétudes ChatGPT sème-t-il alors ? 

Bien qu’enthousiasmé par les gains de productivité potentiels de ChatGPT, 39% des personnes interrogées dans notre étude se sont dit préoccupées par la perte de contact humain. De plus, 23% des salariés travaillant dans le secteur des logiciels et de la technologie s’inquiètent de la possibilité de perdre leur emploi à cause de ChatGPT. En France, 19% craignent que le programme prenne leur place.

ChatGPT, une révolution dans le monde digital ? 

Une révolution dans le sens où l’intelligence artificielle est désormais accessible à tous, ce qui n’était pas le cas il y a quelques semaines à peine. Auparavant, c’était surtout des outils accessibles dans le secteur de la tech. Toutes les semaines, il y a quelque chose de nouveau à raconter sur ChatGPT.