C. ALVARESSE (France Télévisions) : «Nous continuerons à investir 101 M€/an dans la création documentaire»

240

Premier diffuseur de documentaires en France, France Télévisions joue un rôle économique essentiel dans la production de ce genre audiovisuel plébiscité par les téléspectateurs. Par leurs investissements (101 M€/an) et la diversité de leurs engagements, les chaînes de France Télévisions se mobilisent en faveur du documentaire, qu’il s’agisse de films de création, du docu-fiction, du documentaire du réel ou d’investigation. Entretien avec Catherine ALVARESSE, Directrice des documentaires de France Télévisions.

MEDIA +

La direction du documentaire à France Télévisions se réorganise. Qu’avez-vous prévu ? 

CATHERINE ALVARESSE

Désormais, il y a une direction commune du documentaire pour l’ensemble du groupe. De ce fait, nous avons mis en place 4 pôles thématiques dirigés par un directeur délégué, un responsable de programmes et des conseillers de programmes. Parmi les grandes thématiques dédiées: «Histoire & Culture», «Société & Géopolitique», «Découverte & Science», «Coproductions Internationales & Achats».

MEDIA +

Quelle est l’ambition de cette réorganisation ? 

CATHERINE ALVARESSE

L’objectif est de proposer une offre documentaire extrêmement complémentaire sur chacune des chaînes du Groupe France Télévisions, tout en développant en parallèle l’offre numérique. C’est pourquoi, à mes côtés, deux conseillers de programmes numériques ont pour mission de mettre en place des propositions documentaires numériques natives.

MEDIA +

Cette nouvelle organisation risque-t-elle d’impacter le nombre de cases documentaires déjà présentes sur les antennes de France Télévisions ? 

CATHERINE ALVARESSE

Non, pas vraiment. Nous réfléchissons davantage en termes d’offres que de cases. Cela n’impactera pas le volume de l’investissement du documentaire de France Télévisions. Comme vous le savez, le montant dédié à la création a été sanctuarisé. Nous continuerons ainsi à investir 101 M€/an dans la création documentaire. En revanche, nous travaillons à des inflexions sur les trois chaînes principales : France 2, France 3 et France 5. Comme je le disais juste avant, chacun des pôles thématiques va se déployer sur plusieurs antennes. Et dans un premier temps, les conseillers de programmes seront rattachés à leur case. Il est primordial que les producteurs aient autant de portes d’entrée qu’aujourd’hui. Nous voulons être en alerte permanente sur l’ensemble des projets. 

MEDIA +

France 2 va bientôt proposer des documentaires le samedi en Prime Time. Êtes-vous prêts à en découdre avec le divertissement ?

CATHERINE ALVARESSE

L’idée n’est pas de concurrencer le divertissement, mais de proposer une offre complémentaire à travers des films documentaires exigeants sur le récit et la production. Notre mission est de répondre à l’attente d’un public jeune et familial, le samedi soir. Nous avions déjà tenté l’expérience avec succès avec «Planète Bleue».

MEDIA +

Pour la case du samedi soir, vous allez donc fonctionner par salves ?

CATHERINE ALVARESSE

D’ici quelques semaines, pendant 4 samedis de suite, nous proposerons des films d’histoire naturelle de 90’ le samedi soir. Sont prévus le 3ème volet du «Plus Beau Pays du Monde» raconté par Gérard Lanvin, «Félins» avec la voix de François Morel, «L’Odyssée du Loup» produit par Jacques Perrin et raconté par Kad Merad ou encore «Chimpanzés, le combat des chef». D’autres documentaires sont en cours d’élaboration. Ce sont des films qui seront suivis, en deuxième partie de soirée, d’un «making-of» ou d’un «science off».

MEDIA +

Sur quels types de projets documentaires travaillez-vous ?

CATHERINE ALVARESSE

Après avoir exploré la notion de fraternité dans «Histoire d’une nation», nous travaillons sur les deux autres piliers de la République que sont l’égalité et la liberté. Sous forme d’une grande fresque, nous nous attaquerons aussi à la décolonisation et aux guerres d’indépendance avec «Décolonisation, du sang et des larmes» ou encore «La France de l’entre-deux-guerres». En fin d’année, nous aurons un documentaire sur Notre-Dame de Paris en motion capture. De plus, nous travaillons sur un film lié à la pauvreté des enfants en France, ainsi qu’un autre sur le «Brexit, les coulisses d’un divorce» pour France 5.

MEDIA +

Quelles sont les attentes du public ?

CATHERINE ALVARESSE

Selon la grande enquête réalisée sur les publics en partenariat avec Radio France, les téléspectateurs souhaitent plus de culture. Mais là-dedans, ils y mettent l’histoire, la science et les arts. On poursuit donc la collection «Influences» sur France 5. Nous voulons aussi retravailler les grandes figures culturelles historiques comme celles de Marcel Pagnol, qui aura un documentaire dédié en Prime pour France 3. Et évidemment, plein d’autres projets sont en cours.