Giscard d’Estaing ne regrette pas d’avoir refusé sa grâce à Ranucci

    189

    L’ancien président Valéry Giscard d’Estaing confie, dans un entretien qui sera diffusé mardi soir sur France 2, qu’il ne regrette pas d’avoir refusé sa grâce à Christian Ranucci, guillotiné à l’âge de 22 ans en 1976 pour l’assassinat d’une fillette, un crime qu’il niait.
    Dans cet entretien, qui sera diffusé après un documentaire sur son septennat («L’homme qui voulait être aimé», 22h15), M. Giscard d’Estaing, aujourd’hui âgé de 84 ans, ajoute qu’il aurait «probablement» maintenu la peine de mort s’il avait été réélu en 1981.
    «Il était coupable, il était condamné, il devait être sanctionné», déclare l’ancien hôte de l’Elysée (1974-1981), interrogé sur l’affaire Ranucci, l’un des cas judiciaires les plus controversés de ces dernières décennies.
    «Je ne regrette pas ma décision, parce qu’à la lecture des dossiers (…) et des procès qui avaient eu lieu, il était coupable», ajoute VGE. Le film attribue notamment ce refus de grâce à la crainte de déplaire à l’opinion, choquée à l’époque par d’autres meurtres d’enfants.