La fiction, genre roi à la télévision (étude CSA/NPA Conseil/Médiamétrie)

    145

    La fiction a été le genre le plus proposé et le plus consommé la journée sur les chaînes hertziennes en 2006, selon une étude conjointe de CSA, NPA Conseil et Médiamétrie publiée jeudi. Selon cette étude, les oeuvres de fiction (série ou téléfilm) ont représenté 18,9% des offres de programme sur TF1, France 2, France 3 et M6 et 25,3% de la consommation des programmes. L’enquête relève une forte augmentation de l’offre (+30%) ainsi que de la consommation (+23%) en première partie de soirée en l’espace de deux ans. Les magazines télévisés arrivent en deuxième position avec 18,7% de l’offre et 14,8% de la consommation. L’étude montre une forte progression de l’offre de fiction en prime time (+30% en deux ans) accompagnée d’une progression de la consommation (+22,9% en deux ans). Selon un sondage mené auprès de 1 001 téléspectateurs, la fiction est le programme préféré des téléspectateurs (19,2%), battant d’une courte tête l’information (19,1%). Son public est majoritairement féminin (67%) et jeune (57% de moins de 35 ans). Le sujet traité reste le critère de choix déterminant (53%), avant les acteurs ou les héros. En revanche, la nationalité de la fiction, française ou américaine, ne constitue pas un critère discriminant. La fiction française est perçue positivement (proximité, humour, originalité). Au niveau des attentes, les téléspectateurs souhaitent voir plus de téléfilms, de séries françaises, de groupes de héros (préférés aux héros solitaires). Dans l’offre globale de fiction, la majorité des téléspectateurs (56%) est satisfaite de l’équilibre actuel entre téléfilms et séries, les insatisfaits souhaiteraient voir plus de téléfilms. Dans l’offre globale de séries, les téléspectateurs demandent davantage de séries françaises, de thèmes variées (comédie, reconstitutions historiques, sujets sociaux actuels, etc…). L’enquête note que la répartition des thèmes proposés aux téléspectateurs ne correspond pas à leurs attentes. Ainsi, les chaînes proposent 54% de programmes à caractère policier ou judiciaire alors que la préférence des téléspectateurs va à la comédie.