B. LAJOUANIE (Les Échos) : «54% de nos revenus proviennent du numérique»

81

A l’occasion de Vivatech, Les Echos a fait le bilan d’une transformation numérique réussie et dévoilé de nouveaux produits et de nouveaux projets. L’occasion pour media+ d’évoquer cette évolution et les perspectives à venir avec Bérénice LAJOUANIE, Directrice générale des Echos.

Quel premier bilan pouvez-vous tirer de votre transformation numérique ?

Sur le numérique, nous avons toujours été un média pionnier en France. Pour rappel, en 1996, nous étions le 1er site web lancé par un quotidien français. Le numérique a désormais une très grande place dans notre activité : 54% de nos revenus proviennent du numérique, contre 30% en 2019. Notons aussi que 62% de l’audience de la marque est exclusivement numérique, et que 78% des 100.000 abonnés des Échos sont exclusivement liés au numérique. Un bilan plus que positif puisque l’année 2023 marque notre 14e année consécutive de hausse de la diffusion de notre média. Enfin, notre chiffre d’affaires numérique est passé de 20% en 2018 à 40% en 2023.

Comment l’IA s’impose-t-elle dans votre ligne éditoriale ?

Depuis un an et demi, l’IA générative s’impose progressivement dans les entreprises. Elle change le quotidien au travail, challenge les stratégies des organisations et questionne la place de la technologie dans nos vies. Pour explorer ces enjeux, les Echos lance son nouveau podcast hebdomadaire, «Les Echos de l’IA». Chaque semaine, écoutez l’interview d’un professionnel qui raconte comment l’intelligence artificielle transforme son quotidien et la manière dont il conçoit son métier. En complément, nous proposons désormais une newsletter IA des Echos, chaque lundi à midi.

Développez-vous de nouveaux canaux de diffusion de vos contenus ?

En effet. Pour faciliter les échanges et encore plus toucher notre cible, la rédaction des Echos lance un canal WhatsApp consacré aux start-up. Cette chaîne est gérée quotidiennement par nos journalistes. Ce nouveau canal dédié aux start-up, qui est très performant sur le marché US, vient compléter une offre éditoriale déjà riche, notamment avec deux formats exclusifs sur LinkedIn.

Quels sont les leviers activés pour toucher un public plus jeune ?

L’innovation visuelle est dans l’ADN des Echos : l’équipe emmenée par Fabien Laborde, Directeur de création du Groupe Les Echos, et Jules Grandin, Responsable du service infographie, capitalise sur les compétences de 55 experts du design, de la photo, de l’infographie, de l’édition et de la vidéo. Nous avons ainsi développé de nouveaux formats vidéo comme «Voila pourquoi» et «La minute cartographique». Toujours sur le sujet de la vidéo pour attirer un nouveau public, nous avons annoncé l’acquisition de Datagora, spécialisée dans la démocratisation d’études statistiques et scientifiques.

Comment travaillez-vous votre relation client ?

Pour renforcer notre relation client avec nos lecteurs, nous avons conçu une plateforme de dialogue et de réactions instantanées : Les Échos & moi, donnant ainsi la possibilité à nos lecteurs de partager leur avis, leurs idées, mais aussi de découvrir certains de nos nouveaux produits en avant-première. De notre côté, cette plateforme nous permet de connaître encore mieux nos lecteurs. Enfin, nous travaillons sur une nouvelle application qui devrait être active d’ici la fin de l’année.