F. NAMIAS (LCI) : «La croissance de LCI viendra en partie du public qui nous rejoindra le matin»

200

LCI a réalisé en octobre 2018, sa meilleure audience mensuelle depuis juin 2017 à 0,7% de part d’audience, selon Médiamétrie. Positionnée deuxième chaîne info de France, LCI déploie sa stratégie pour plus de «différenciation» . Entretien avec Fabien NAMIAS, directeur général adjoint de LCI.

media+

Les audiences de LCI progressent. Est-ce lié inopinément à l’actualité ?

Fabien NAMIAS

Il s’agit d’une belle performance qui n’est pas uniquement liée à l’actualité. Certes avec les inondations dans l’Aude, la disparition de Charles Aznavour, le remaniement gouvernemental et la crise politique autour de Jean-Luc Mélenchon, nous avons assisté en octobre 2018 à une actualité dense. Néanmoins, c’est la rencontre consolidée entre le public et notre ligne éditoriale qui ont permis à LCI d’obtenir ces très bons résultats.

media+

Quel virage éditorial aviez-vous entrepris à la rentrée sur LCI ?

Fabien NAMIAS

Nous avons entamé un véritable travail de fond avec les équipes. L’accès à l’information brute est aujourd’hui quelque chose d’extrêmement simple. En 10 ans, le paysage a totalement été reconfiguré avec 4 chaînes d’info en continu. Notre parti pris est le suivant : ne pas se contenter d’être un simple signal d’information. Lorsque vous êtes en position dominante, vous pouvez vous le permettre. Pour LCI, nous ne nous contentons pas de cette course-là. S’il y a une info importante, elle sera évidemment traitée. Mais le mot-clé, c’est la différenciation. Nous apportons de la valeur ajoutée et du contenu par le biais du débat d’opinion, de la confrontation des idées politiques, du débat public au sens large avec un positionnement haut de gamme. On le revendique sans aucune difficulté.

media+

LCI a instauré des longs formats. Quelle est votre logique à moyen terme ?

Fabien NAMIAS

Nous avons en effet instauré dans la grille de rentrée une diffusion hebdomadaire de longs formats chaque vendredi et samedi soir. Les deux piliers de la stratégie éditoriale de LCI sont très clairs : 1) la différenciation par le contenu, le débat et la nature des intervenants qui offre un approfondissement, et 2) la production de longs formats. Notre croissance viendra avec une proposition éditoriale différenciante.

media+

Votre croissance vient-elle donc de votre capacité à produire des formats longs ?

Fabien NAMIAS

Nous avons une double façon de travailler qui est en accord avec nos moyens et nos capacités de production. Nous voulons programmer deux longs formats chaque semaine. Monter un 52’ de qualité demande au minimum 4 à 5 semaines de travail et mobilise une équipe de 2 ou 3 personnes. Nous pouvons le faire, dans le meilleur des cas, une fois par mois. Or, nous voulons diffuser 8 à 10 longs formats mensuels. Avec la direction de l’information du Groupe TF1, nous pouvons nous appuyer sur la richesse et l’expertise des contenus info de TF1 pour proposer des longs formats de grande qualité sur la 26. Dans un avenir moyen proche, l’idée est de travailler davantage avec les équipes de l’info de TF1 pour initier ensemble des productions.

media+

La synergie semble ainsi de plus en plus poussée ?

Sous l’impulsion de Thierry Thuillier à la tête de l’information du Groupe TF1 et son expérience au sein de LCI, nous sommes effectivement dans une stratégie de synergies bien pensée. Pour autant, ce n’est ni la fusion des rédactions ni la dissolution des identités. On appartient à un groupe audiovisuel et il était grand temps d’harmoniser les moyens pour que chaque antenne se nourrisse l’une de l’autre, dans le respect des lignes éditoriales et le positionnement des chaînes.

media+

Un mot sur la matinale qui enregistre des audiences parfois un peu confidentielles…

Fabien NAMIAS

Depuis l’arrivée de Pascale de La Tour du Pin, la matinale a progressé de +40% (depuis fin août 2017). Le rendez-vous vient de signer un record d’audience avec 89.000 téléspectateurs et un record en pda depuis mai 2018. Le gisement d’audience le plus important aujourd’hui sur le marché des chaînes d’information est le matin. La réflexion que nous menons est d’ancrer davantage la matinale et d’aller chercher les téléspectateurs. Toute la croissance de LCI viendra en partie du public qui nous rejoindra le matin.