Fox News : une addition salée à payer et une autre affaire de diffamation à l’horizon

79

Une addition salée à payer et une autre affaire de diffamation à l’horizon: la chaîne Fox News, sulfureuse mais incontournable dans le camp conservateur américain, paye les conséquences des infox proférées pendant le chaos de la présidentielle de 2020. Mais les experts restent prudents quant aux effets de cette décision sur la lutte contre la désinformation. Mardi, l’annonce d’un accord à l’amiable prévoyant que Fox News verse la somme faramineuse de 787,5 millions de dollars au fabricant de machines de vote électronique Dominion Voting Systems, a été rapportée sobrement dans les flashes d’information de la chaîne la plus regardée du câble américain. Mais le soir, la vedette de la chaîne Tucker Carlson, a consacré ses monologues aux démocrates, qui inciteraient les jeunes à la violence, avant une interview du patron de Tesla et propriétaire de Twitter, Elon Musk. Au moment de l’inculpation de Donald Trump, Tucker Carlson dénonçait «une purge politique», en lâchant cette phrase: «ce n’est probablement pas le meilleur moment de vous séparer de votre (fusil d’assaut) AR-15». Avec une transaction financière, Fox News s’évite un procès retentissant, et probablement un témoignage à la barre du propriétaire de sa maison mère, Fox Corporation, le magnat des médias Rupert Murdoch, 92 ans. D’après plusieurs médias américains, l’accord épargne aussi des excuses publiques à la chaîne pour avoir offert du temps d’antenne à la théorie, fausse, d’une présidentielle de 2020 truquée en faveur des démocrates, grâce aux machines de Dominion Voting Systems. L’addition que Fox News devra régler est «sans précédent» et représente «à elle seule une punition de taille», explique Mark Feldstein, professeur de journalisme à l’université du Maryland. «Bien sûr, même cette énorme somme ne mettra pas Fox News en faillite, et la chaîne pourrait recommencer à répandre des mensonges, en considérant cette pénalité comme un coût d’exploitation. Mais il est tout aussi probable que Fox News soit plus prudente à l’avenir», ajoute-t-il. La chaîne et sa maison mère voient en outre se profiler une autre affaire. En parallèle de Dominion, une société similaire, Smartmatic, elle aussi dans le viseur du camp Trump en 2020, poursuit Fox News en diffamation à New York et réclame 2,7 milliards de dollars de réparations. «Dominion a révélé une partie des méfaits et des dommages de la campagne de désinformation de Fox. Smartmatic exposera le reste», a promis l’entreprise mardi. La chaîne, lancée en 1996 pour concurrencer CNN, reste solidement installée à la 1ère place du câble. «L’entreprise dispose de ressources suffisantes pour couvrir le paiement (dû à Dominion), avec plus de 4 milliards de dollars en liquidités au mois de décembre 2022», souligne un analyste de Morningstar, Neil Macker. «Nous considérons Fox News comme le joyau de la couronne parmi les actifs» de sa maison mère Fox Corporation, poursuit-il, ajoutant que la chaîne «a bénéficié de l’atmosphère controversée de l’administration Trump et du fossé politique grandissant entre» républicains et démocrates. Le modèle de la chaîne repose justement sur une offre alternative proposée aux conservateurs américains, qui jugent ses concurrentes CNN ou MSNBC trop modérées ou trop à gauche. «On a vraiment l’impression que Fox News est en sursis auprès d’un grand nombre de ses téléspectateurs, à l’affût de signes indiquant que la chaîne les trahira ou trahira Donald Trump», expliquait, avant l’accord avec Dominion, Nicole Hemmer, professeure associée d’histoire à l’université Vanderbilt. «L’effet le plus probable de cette situation sera que la chaîne veillera à ne pas trop s’écarter des souhaits de son public», ajoutait cette spécialiste des médias conservateurs.