B. DE LA VILLARDIÈRE (neo) : « On fait le pari dêtre intergénérationnel »

229

Le journaliste et producteur de télévision Bernard de LA VILLARDIÈRE, à la tête d’une équipe de professionnels des médias et de la communication, lance neo, un média digital 100% vidéo accessible sur les réseaux sociaux. Entretien.

media+

Depuis quand travaillez-vous sur ce nouveau média ? En êtes-vous à l’initiative?

Bernard de LA VILLARDIÈRE

Nous travaillons sur ce nouveau média intitulé «neo» depuis l’été 2019. neo est un projet que j’ai initié – entre autres – avec Stéphane Simon, journaliste et producteur de télévision. L’idée est d’installer ce média digital 100% vidéo sur un nouveau créneau : proximité, ondes positives, enracinement afin de montrer la France telle qu’elle est. Notre envie est de recréer du lien et d’insister sur les valeurs positives de notre pays. Nous sommes très loin du «french bashing» permanent et de l’auto-flagellation. Cela m’amuse de lancer un média qui va un peu renverser la tendance par rapport à ce que je fais d’habitude sur «Enquête Exclusive» (M6).

media+

Comment neo souhaite marquer sa différence par rapport à Kombini, BRUT, Loopsider ?

Bernard de LA VILLARDIÈRE

Notre média est orienté sur la France, les territoires, la proximité, l’engagement, les initiatives, la création de valeurs et d’entreprise. Nous voulons mettre en lumière le made in France et avoir un regard pédagogique et positif. On traitera de l’actualité de manière un peu différente.

media+

Quels types de formats vidéo comptez-vous proposer ?

Bernard de LA VILLARDIÈRE

Du reportage au long-court, des enquêtes mais aussi des interviews. Nous avons déjà mis en ligne un sujet sur les chauffeurs routiers et le RC Lens. Nous pouvons proposer des formats de différentes durées. Pendant très longtemps, on disait que les internautes ne consommaient que des vidéos de 2 à 3 minutes. Mais en réalité, le contraire est en train de se mettre en place. On fait le pari d’intéresser les jeunes et les moins jeunes. On souhaite être intergénérationnel et insister sur les valeurs qui font la France, la démocratie, l’esprit d’initiative.

media+

Quel sera le volume de production de neo ?

Bernard de LA VILLARDIÈRE

Une bonne vingtaine de vidéos par semaine, voire plus. Nous allons monter en puissance. Nous avons levé 1,55 M€ grâce à la Love Money, beaucoup d’amis, un peu de famille. On fait le pari de pouvoir tenir quelques mois et nous verrons bien les résultats. Nous avons un effectif de 15 et 20 personnes (CDI, pigistes, …) sans compter les associés qui ne sont pas salariés de la structure.

media+

Quel sera le volume de production de neo ?

Bernard de LA VILLARDIÈRE

En partenariat de régie avec le Groupe M6, neo est financé par la publicité et les accords avec les marques. On compte sur le brand-content. Dans la mesure où nous allons développer une compétence sur les territoires, avec le déploiement d’un réseau de pigistes, nous mettons en place aussi une activité «conseil». De plus, nous voulons collaborer avec la presse régionale qui cherche du contenu vidéo. On discute avec «Le Télégramme» et «Ouest France».

media+

Envisagez-vous de vendre du contenu neo à des chaînes de TV ? 

Bernard de LA VILLARDIÈRE

Oui, pourquoi pas. Certains de nos concurrents ont déjà des accords avec des chaînes de télévision.