C. de CAMARET (France 24) : « Jusqu’au 26 mai, RFI et France 24 proposeront des débats exclusifs et recevront des personnalités européennes de premier plan »

135
JOURNALISTE REDACTION FRANCE 24

A l’occasion des élections européennes, le dimanche 26 mai, France 24 (France Médias Monde) renforce son offre éditoriale et proposera de nombreux débats. Un rendez-vous important pour ce média qui souhaite conserver son leadership sur le numérique. L’occasion pour média+ de rencontrer Caroline de CAMARET, Rédactrice en chef Europe chez France 24.

MEDIA +

A l’occasion des élections européennes, vous annoncez renforcer l’offre éditoriale de France 24. Qu’en est-il ?

CAROLINE de CAMARET

Habituellement, près de 30 heures d’émissions sont consacrées chaque semaine à l’Europe sur RFI, France 24 et Monte Carlo Doualiya. A l’occasion de ces élections européennes, nous avons quasiment doublé ce nombre d’heures.

MEDIA +

Pour ces élections, vous avez lancé «Le bus de l’Europe». Quel est l’objectif de ce programme ?

CAROLINE de CAMARET

Après avoir sillonné les Etats-Unis (2012), le Maghreb (2013) et l’Amérique latine (2018), quatre journalistes de France 24 partent, comme en 2014, pour un nouveau périple de 4.000 kilomètres à travers l’Union européenne. A bord du «Bus de l’Europe», de Paris à Cracovie, en passant par Milan, Vienne ou Berlin, Karina Chabour, Anaïs Guérard, Clovis Casali et Mohamed Farhat partent à la rencontre de la société civile et des citoyens européens, de leurs cultures, et des lieux emblématiques du Vieux Continent. 15 reportages seront alors diffusés quotidiennement dès le 13 mai dans le «Journal de l’Europe», que je présenterai du 13 au 24 mai à 14h15 et 20h15 sur la chaîne en français. Un seizième reportage sera réalisé en Grande-Bretagne car les Anglais voteront aussi. Avec cette opération, France 24 est clairement visible et identifiée par la population. 

MEDIA +

Quelle place prennent les débats au sein de France 24 ?

CAROLINE de CAMARET

Les débats sont au cœur de France 24. Jusqu’au 26 mai, RFI et France 24 proposeront des débats exclusifs et recevront des personnalités européennes de premier plan. Le mardi 9 avril, nous avons proposé un débat des têtes de liste françaises. Le mercredi 8 mai, France 24 propose un débat enregistré à Berlin, en partenariat avec la Deutsche Welle, en compagnie de personnalités politiques françaises et allemandes. Enfin, vendredi 17 mai, nous proposerons un débat, en partenariat avec Public Sénat, en compagnie de personnalités politiques européennes. Avec 79,8 millions de téléspectateurs chaque semaine mesurés dans 71 pays sur les 184 où la chaîne est distribuée, nous devons être forts sur cette thématique.

MEDIA +

Quel est le budget alloué à cette opération éditoriale ?

CAROLINE de CAMARET

J’ai déjà une équipe Europe qui fonctionne très bien. Ce budget est difficile à chiffrer car il correspond à la somme de plusieurs services. En outre, il bénéficie, particulièrement en cette année d’élections, de financements européens. Nous sommes soumis à des contraintes budgétaires mais nous avons anticipé ces élections. Contrairement à d’autres rédactions, nous sommes au travail depuis un an.

MEDIA +

Comment lutter contre les fausses informations qui circulent facilement, notamment sur le numérique ?

CAROLINE de CAMARET

Pour lutter contre les fausses informations, France 24 met en place plusieurs modules comme la rubrique «Contre-faits», que je présente tous les samedis à 12h10 dans l’émission «Ici l’Europe». De plus, France 24 participe à la nouvelle plateforme collaborative de lutte contre la désinformation en Europe, «FactCheckEu», lancée par l’International Fact-Checking Network, dont les Observateurs de France 24 sont partie prenante. Par ailleurs, nous misons beaucoup sur de nouvelles formes d’animations d’1min30 pour les plus jeunes et diffusés sur les réseaux sociaux pour les intéresser et limiter la propagation d’infox. Enfin, le programme court «Info ou Intox», devenu référent dans la lutte contre les infox, présente l’exemple d’une fausse information en images, explique en quoi il s’agit d’une tentative de désinformation et comment elle s’est répandue.

MEDIA +

Quelle place prend le numérique au sein de France 24 ?

CAROLINE de CAMARET

Les jeunes s’informent beaucoup via le numérique. Nous devons y être présents. Le numérique est très imbriqué chez nous. Nous développons de nombreux formats pour le numérique comme une série numérique de 28 portraits et témoignages de jeunes primo-votant dans les différents pays de l’Union. Evidemment, tous nos programmes sont déclinés sur les réseaux. Nous comptabilisons 15,5 millions de visites en moyenne et bénéficions de 59,8 millions de vidéos vues chaque mois sur les environnements numériques et atteignons les 38,2 millions d’abonnés sur Facebook et Twitter. Pour rappel, France 24 est le 1er média français sur Facebook et YouTube.