Données: pour le patron de Snapchat, les règles européennes profitent aux géants de l’internet tels que Google et Facebook

141

Le patron de Snapchat a averti mardi les régulateurs européens que leurs efforts pour protéger les données des utilisateurs contribuaient à asseoir les positions de géants de l’internet tels que Google et Facebook. Ces déclarations du président-directeur général de Snapchat, Evan Spiegel, à Londres interviennent trois mois après la publication d’un rapport parlementaire britannique cinglant accusant Facebook et d’autres réseaux sociaux d’agir comme des «gangsters numériques».

L’Union européenne a adopté l’an dernier le Règlement européen sur la protection des données (RGPD), qui rend l’accès des plateformes aux données personnelles plus transparent et plus facile à contrôler par les utilisateurs. Pour M. Spiegel, l’approche européenne part de bonnes intentions mais est potentiellement contre-productive.

«Je pense que certains règlements comme le RGPD, par exemple, pourraient finalement conforter dans leurs positions de très gros acteurs», a-t-il déclaré lors d’une conférence organisée par le «Wall Street Journal». Il a expliqué que la règlementation européenne poussait les petits acteurs à faire appel aux géants du web. «Si vous êtes un petit éditeur et que vous souhaitez faire de la publicité sur votre site web, c’est très difficile de le faire car vous n’avez pas la carrure (suffisante), vous ne disposez pas d’une plateforme de publicité géante, donc vous risquez de vouloir passer par Google, par exemple, ou Facebook», a-t-il déclaré. «Et si vous faites cela, vous devrez en gros dire à vos clients que vous vendez vos données à Google ou à Facebook», a-t-il poursuivi.

Le patron de Snapchat, un outil de partage d’images et de vidéos particulièrement populaire parmi les adolescents, a déclaré que l’application de téléphonie mobile est régulièrement utilisée par 75% des Américains âgés de 13 à 34 ans. Elle compte maintenant 190 millions d’utilisateurs quotidiens – environ 60 millions de plus que Twitter – mais fonctionne toujours à perte.

Le «Financial Times» a estimé que la société devra lever des fonds supplémentaires dans trois ans si elle continue à dépenser de l’argent liquide aux niveaux actuels. L’incapacité de Snapchat à faire des bénéfices reflète les difficultés rencontrées par d’autres plateformes pour générer des revenus publicitaires et l’industrie dans son ensemble réfléchit à la façon de générer de la croissance tout en évitant des critiques sur la manière dont les données personnelles sont vendues pour être utilisées dans des publicités ciblées.