S. CLERIMA (Eurovision) : «Toutes les secondes de la performance doivent marquer les esprits»

155

Cette année encore, France 2 événementialise très fortement son antenne et ses programmes pour se mettre au diapason de l’Eurovision qui sera diffusé samedi soir en direct. Rencontre avec Steven CLERIMA, Chef de la Délégation Française à l’Eurovision.

media+

En quoi consiste votre travail ? Quelles sont vos priorités et ambitions ?

Steven CLERIMA

Historiquement, le chef de la délégation est la personne responsable de la délégation à l’étranger durant tout le déplacement à l’Eurovision. Par extension, c’est le chef de projet sur la partie artistique et le responsable de la marque Eurovision toute l’année. Pour cette 64ème édition du concours, il y a deux histoires que nous voulions raconter. Celle de l’Eurovision comme un vecteur de partage de cultures, et celle de Bilal Hassani qui s’adresse à tous les publics. Même si certains veulent le présenter comme un candidat qui segmente, c’est en réalité un artiste qui rassemble très largement au regard de ses millions de vues sur le web.

media+

Comment une performance à l’Eurovision se prépare-t-elle ?

Steven CLERIMA

Nous avons mis en place une équipe artistique spécifique qui travaille pour Bilal. Pendant trois mois, nous avons travaillé dessus. Il faut avoir des convictions. Notre souhait est d’être fier de la performance, peu importe le classement.

media+

Comment avez-vous imaginé la performance de Bilal Hassani ?

Steven CLERIMA

Depuis septembre, notre idée est de raconter une histoire. Toutes les secondes de la prestation doivent marquer les esprits. En trois minutes, il faut convaincre et surprendre. Une performance réussie repose à 50% sur la chanson et à 50% sur le visuel.

media+

Comment s’est passée la médiatisation de Bilal Hassani ?

Steven CLERIMA

C’est un super client. Nous avions à cœur de nous rassurer par rapport au public international. Le pari est relevé. L’accueil est bon. En Israël, nous avons décroché le JT de 20H deux fois de suite. De gros médias internationaux nous suivent. Tout se passe bien.

media+

Quel rôle attribuez-vous aux commentateurs français de l’Eurovision ?

Steven CLERIMA

Nous recevrons Stéphane Bern comme spécialiste de l’Eurovision et André Manoukian comme spécialiste de la musique. Sandy Heribert apportera quant à lui de l’interactivité en backstage et réalisera la première interview de Bilal après sa performance, dans le cas où il passe assez tôt dans le conducteur.

media+

Le lobbying entre pays est-il assumé ?

Steven CLERIMA

De la sélection de l’artiste à l’Eurovision, nous nous rendons dans presque tous les pays participants pour le faire connaître. Plus que du lobbying, c’est de la promotion et de la visibilité pour que le talent soit reconnu et que l’on parvienne à pallier le fait que nous ne participons pas aux demi-finales.