Télécoms: grève pour protester contre les mutations imposées chez l’équipementier Sogetrel

1750

Des salariés de l’équipementier télécoms Sogetrel entamaient mercredi leur troisième jour de grève, pour protester contre les mutations imposées à 600 salariés du nord et l’ouest de la France, ont indiqué des responsables syndicaux. 

Sogetrel, spécialisé dans la fibre et les réseaux très haut débit, a perdu fin 2020 le marché d’Orange dans le Nord et les Pays de la Loire, et gagné des marchés notamment dans le sud et le sud-ouest à compter de fin mars, a indiqué la direction. 

Au total, 600 postes sont concernés dans le Nord, la Haute Marne et Champagne Ardennes, la Normandie et les Pays de la Loire, selon Teddy Stevance, représentant syndical au CSE  La direction souhaite envoyer nombre de ces salariés vers l’Occitanie ou l’Aquitaine, menaçant de licenciement sec les réfractaires selon ce syndicaliste CGT. 

«Le problème, c’est que la clause de mobilité est la même du cadre jusqu’à l’ouvrier», a expliqué M. Stevance. «On n’a pas les mêmes revenus, pas le même salaire. Un ouvrier qui touche 1.200 ou 1.300 euros, quand on voit les prix des loyers dans le sud, c’est pas possible». 

La direction a indiqué ce mercredi 26 janvier avoir «instauré un dialogue social» dès novembre, et proposé des formations, une soixantaine de postes locaux, et plusieurs centaines de postes dans d’autres régions, sur lesquels «une centaine de collaborateurs se sont positionnés». 

Dans le nord de la France, 300 personnes sont concernées, dont environ 80 à Neuville-Saint-Rémy et 120 à Carvin. 

Après une rencontre ce mardi 25 janvier avec la direction sur le site de Neuville-Saint-Rémy près de Cambrai (Nord), les syndicats ont appelé à poursuivre la grève mercredi sur les différents sites concernés, a indiqué Kevin Picot, délégué CFDT. 

Le président de la Communauté d’agglomération Hénin-Carvin, Christophe Pilch, a évoqué la possibilité de transférer certains postes chez le concurrent de Sogetrel ayant remporté l’appel d’offres de Orange. 

Il a appelé la direction à la «discussion» sur la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi pour mieux accompagner les salariés non mobiles qui devront être licenciés. 

Sogetrel détenait le contrat Orange pour le Nord et l’Ouest depuis sept ans, et l’entreprise avait racheté des petits opérateurs locaux implantés de  longue date.