Audiences: Médiamétrie mise sur «l’audimétrie portée»

Les audiences radio mesurées par Médiamétrie pourraient intégrer dès septembre 2018 les mesures réalisées partout et tout le temps par un petit appareil glissé dans la poche de ses panélistes pour mieux analyser leurs comportements, a annoncé mercredi la direction de l’institut. «L’audimétrie portée», développée depuis la fin des années 1990, mesurera autant la télévision que la radio, a précisé le PDG de Médiamétrie, Bruno Chetaille, au cours d’une conférence de presse. Elle sera mesurée en complément de la traditionnelle étude «126.000», publiée tous les 3 mois, qui demande aux auditeurs de désigner les radios qu’ils écoutent. L’institut doit réunir fin mars ses clients radio pour discuter avec eux de ce projet et déterminer notamment si l’audience sera publiée tous les jours, toutes les semaines ou tous les mois. L’audimétrie portée ne devrait pas provoquer de grandes variations dans l’audience des radios, a assuré Bruno Chetaille: là où l’appareil a été testé, les audiences cumulées restent équivalentes, même si la durée d’écoute est moindre. L’appareil reconnaît les programmes grâce à la technologie du «watermarking»: depuis la fin de l’année 2015, les programmes diffusés par la plupart des chaînes de tv et des stations de radio sont marqués par un signal sonore, inaudible pour l’oreille humaine, mais reconnaissable par l’appareil. Active en Suisse et au Canada, l’audimétrie portée a été testée en IDF entre 2015 et 2016 par Médiamétrie, et l’institut Kantar la déploie actuellement en Norvège.Médiamétrie souhaite également mettre en place un «observatoire de la radio digitale», qui rassemblerait les mesures de streaming en live, en différé, les vidéos, les podcasts, les webradios et les plateformes digitales. L’institut pourrait reprendre la diffusion d’un classement des podcasts d’ici la fin 2017.