Deux pannes de grande ampleur chez le groupe français OVH

194

Deux pannes de grande ampleur chez le groupe français OVH, numéro un européen de l’hébergement de sites internet, ont rendu inaccessibles pendant plusieurs heures jeudi de nombreux sites web en Europe, et même en Tunisie.

Des médias comme BFM Business ou Jeune Afrique, ou encore l’Autorité de sûreté nucléaire ont fait partie des victimes. OVH compte 22 centres de données dans 19 pays. Selon les compte-rendus postés par son patron Octave Klaba sur Twitter, il a subi jeudi «deux incidents qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre» sur deux de ses sites, à Strasbourg et à Roubaix. Octave Klaba a annoncé à la mi-journée le rétablissement de l’alimentation électrique des serveurs de Strasbourg, tandis que l’activité des serveurs de Roubaix avait été rétablie plus tôt dans la matinée. Conséquence des incidents: le site d’OVH lui-même a été inaccessible pendant plusieurs heures, comme d’autres sites français, espagnols ou polonais, hébergés par des serveurs du groupe, selon un grand nombre de témoignages sur Twitter.

Le syndicat patronal tunisien Utica a également indiqué que la panne de Strasbourg avait entraîné la chute de «plus de 20.000 sites web tunisiens». A Roubaix, où OVH est basé et compte 7 centres de données, un «bug logiciel sur des équipements optiques» est à l’origine de la défaillance des équipements, qui a duré 2 heures 30 environ, a détaillé Octave Klaba. Ce bug a affecté le réseau de fibre optique qui connecte Roubaix avec six autres sites d’OVH, répartis entre Paris, Francfort, Amsterdam, Londres et Bruxelles. «Nous ne remettons pas en cause la confiance avec l’équipementier», mais «le mode parano chez OVH doit être poussé encore plus loin dans l’ensemble de nos designs», a-t-il averti. «Dans le métier des infrastructures cloud (services informatiques dématérialisés en ligne NDLR), seuls ceux qui sont paranos durent».

D’après son patron, OVH a déjà commencé il y a un mois à travailler sur la création d’un deuxième système de «noeuds optiques» permettant de limiter les conséquences de ce type d’incidents. «Vu l’incident d’aujourd’hui, ce projet devient prioritaire», a-t-il souligné.Parallèlement, à Strasbourg, où OVH compte 3 centres de données, un «problème électrique» a provoqué la défaillance des installations, selon M.Klaba. «La panne était liée à un défaut sur un câble haute-tension souterrain. Ce défaut a été identifié et un câble de secours a été mis en place pour prendre le relais», a précisé Strasbourg Électricité Réseau, qui alimente les centres de données strasbourgeois de OVH. Selon le réseau public de distribution d’électricité du Bas-Rhin, il ne s’agit ni d’un acte de malveillance, ni de sabotage, mais d’un «concours de circonstances». «OVH est équipé de 4 groupes électrogènes qui doivent assurer l’alimentation des serveurs quand il y a des coupures, mais cela n’a pas été le cas cette fois-ci», a-t-on précisé.

La panne est survenue un peu après 7h00 et vers 10h30, «OVH était réalimenté», a-t-on appris de même source. Dans son communiqué, le syndicat patronal tunisien a estimé que l’incident révélait «un souci majeur» pour «la souveraineté numérique» de la Tunisie. Il a répété sa demande que les hébergeurs étrangers «installent leurs serveurs sur le territoire tunisien».