E. HANNEZO (Black Dynamite) : «On se développe sur plusieurs fronts»

273

Fondée en 2010, Black Dynamite est une société de production qui se développe notamment dans les documentaires, émissions, séries et films. Focus sur les actualités de la société et ses projets avec Éric HANNEZO, Fondateur et Dirigeant de Black Dynamite.

Comment Black Dynamite déploie-t-elle ses activités ?

Depuis bientôt 10 ans, on se développe sur plusieurs fronts. La société produit beaucoup de documentaires premium – mais pas que – pour les chaînes de télévision et les plateformes de streaming comme Netflix. Black Dynamite investit également la fiction avec trois séries et deux films actuellement en développement. Nous assurons aussi la fabrication, depuis deux ans et demi, des émissions cinéma et séries d’OCS. Plus récemment, nous avons entamé une nouvelle collaboration avec RMC Story pour la case «Enquête Prioritaire». Nous venons de leur produire «Aulnay Sous-Bois, immersion au cœur de la cité», diffusée ce lundi 25 novembre. En immersion durant deux mois dans la cité des 3.000, ce documentaire donne la parole aux habitants du quartier.

Quelle a été la démarche au cœur de cette immersion pour RMC Story ?  

Le point de départ est a été le suivant : qu’est-ce que l’on donne à voir des quartiers et de la vie en cité aujourd’hui ? Pour cela, Antoine Ly, le réalisateur du documentaire, a passé 3 semaines dans la cité des 3.000, sans caméra, en rencontrant les habitants et en leur expliquant la démarche. L’objectif a été de libérer la parole et de retranscrire le plus fidèlement possible la réalité des habitants. Nous avons constitué ainsi une équipe de tournage avec des personnes ayant grandi dans les quartiers. Nous voulions que l’approche soit légitime. A travers des portraits, nous découvrons dans le film le quotidien, les difficultés, mais aussi les espoirs des témoins. On cherche à se débarrasser des clichés.

Que préparez-vous pour les plateformes de streaming ?

Nous développons actuellement deux documentaires unitaires pour Netflix. Le premier consacré au footballeur Nicolas Anelka et le second au chanteur Gims. Nous préparons aussi un documentaire événementiel consacré à Tony Parker pour une plateforme avec qui nous sommes en discussion. Ces documentaires nécessitent entre 1 et 2 ans de travail minimum. Ce sont des aventures qui ressemblent à celle d’un long métrage de cinéma. Par la force des choses, nous avons enchaîné les biopics ces dernières années : Teddy Rinner, Omar Sy, Karim Benzema ou encore le documentaire sur les coulisses de campagne d’Emmanuel Macron (avec Troisième Œil) diffusé à l’époque sur TF1.

Que développez-vous en matière de fictions ?

Des séries de création de 26 et de 52’ destinées à des plateformes mais aussi à des chaînes traditionnelles. Parmi les thématiques abordées, la première touche à l’Éducation nationale, la deuxième relève du thriller et touche à l’Afrique. Tandis que le troisième projet a pour toile de fond le football et touche la jeunesse. Nous prévoyons des mises en production en 2020.

Et côté cinéma ? Depuis la création de Black Dynamite, nous produisons et coproduisons des films en fonction des opportunités et des envies. Le premier a été «Les Infidèles» en 2012. Depuis peu, nous avons mis en place une vraie stratégie pour que nous ayons une identité en matière de production de films. Notre prochaine production documentaire «Cyrille», réalisée par Rodolphe Marconi, sort le 26 février 2020. Nous avons suivi un jeune agriculteur au moment où il perd tout. Son histoire touchante traduit une certaine réalité des problématiques dont on parle beaucoup en ce moment.