Des productions TV françaises dans l’air du temps

582

A l’occasion du Rendez-Vous de TV France International, EurodataTV Worldwide a dévoilé lundi dernier à Biarritz une étude sur la production française de contenus, réalisée pour le compte du CNC et de TV France. L’enseignement principal de cette étude : la très bonne santé de la production nationale. Qu’il s’agisse de divertissements, de fictions ou de programmes factuels, elle s’exporte de plus en plus et de mieux en mieux. «Un des facteurs de cette réussite réside dans le choix des sujets, complètement en phase avec les attentes d’un public mondialisé», déclare Frédéric Vaulpré, Directeur d’Eurodata TV Worldwide. «Cette étude souligne l’attractivité croissante des programmes français et la qualité de la production nationale de contenus audiovisuels qui séduit hors de nos frontières», ajoute Mathieu Béjot, Délégué Général de TV France International. L’année 2016 a été marquée par la montée en puissance de la création française et en particulier des fictions. Partout dans le monde, elles font depuis quelques années la part belle aux thrillers. Influencés notamment par la création scandinave, ceux-ci sont devenus plus exotiques, intenses ou mystérieux. La production française a su être à l’avant-garde de cette tendance en y ajoutant une dose de réalisme et des scénarios toujours bien ficelés : «Cannabis», «Glacé» ou «Guyane» en sont de parfaites illustrations. Les programmes factuels nationaux tentent également de répondre à des questions très actuelles qui se posent à travers le monde : la place des nouvelles générations, le rapport à la technologie, l’influence de la société sur les comportements etc… C’est le cas de programmes comme «Comment Je suis devenue invisible» ou «Seuls à la Maison». Du côté de la jeunesse, l’étude des dessins animés montre que les créations françaises sont aussi en phase avec les productions étrangères, notamment sur la tendance mondiale de l’«empowerement» féminin ; de nombreuses créations étrangères ont ainsi pour personnage principal une héroïne qui s’empare de sujets auparavant réservés aux héros masculins, comme la défense de la ville («Fantasy Patrol») ou la pratique d’un sport d’affrontement («Bella and the Bulldogs»). C’est également le cas en France où les héroïnes combattent le crime («Les Enquêtes de Mirette») ou chassent les trésors («Pirata et Capitano»). Parmi les nouveaux programmes de factuel, fiction et divertissement diffusés sur les écrans français en 2016, unitaires exclus, on compte une majorité de productions locales : 55% des lancements sont produits en France. Ces programmes nationaux s’exportent en plus grand nombre : 186 créations françaises ont ainsi été lancées à l’étranger en 2016, soit 26% de plus qu’en 2015; des exportations dominées par les programmes factuels devant les fictions et le divertissement. La France se classe ainsi 3ème pays exportateur de programmes TV, hors unitaires dans le monde. Elle gagne une place par rapport à 2015. C’est en outre le 1er pays exportateur non-anglophone dans le monde devant l’Allemagne.

En s’exportant, les créations françaises deviennent parfois des succès mondiaux. Parmi les fictions, le «Bureau des Légendes» est diffusé avec réussite dans plusieurs pays. Au Portugal par exemple, la 1ère diffusion a permis à la chaîne RTP2 d’augmenter son audience de 40%. La série de documentaires «Duels» qui présente des épisodes marquants de l’histoire à travers la rivalité entre 2 grands personnages, a été exportée dans de très nombreux pays. Elle a d’ailleurs été récompensée par le Prix Export 2017 de TV France International. Enfin, le dessin-animé «Molang» continue de bien voyager en 2017, avec des succès d’audience en Belgique, aux Etats-Unis et en Australie.