Echec du lancement du satellite japonais JCSat 11 par une fusée Proton

    238

    Le lancement du satellite japonais de télécommunications JCSat 11 par une fusée Proton-M, qui avait décollé jeudi matin du cosmodrome russe de Baïkonour, au Kazakhstan, a échoué à cause d’une défaillance du lanceur russe, a annoncé le centre spatial Khrounitchev, cité par l’agence Itar-Tass. Selon les premières indications, une défaillance technique d’un moteur de la fusée a eu lieu quelques minutes après le lancement. «Comme résultat, la fusée n’a pas été mise en orbite», a indiqué le porte-parole du centre Khrounitchev, Alexandre Bobrenev, cité par l’agence. «Une commission d’Etat chargée d’enquêter sur les causes de la défaillance a été créée», a-t-il ajouté. La fusée avait été lancée à 02h43, heure de Moscou (22h43 GMT mercredi) et devait placer le satellite sur une orbite géostationnaire. Celui-ci était destiné à la retransmission d’émissions de télévision et devait couvrir le Japon, l’Asie-Pacifique et les îles Hawaii. La compagnie JCSat, un des leaders de la télévision par satellite dans les pays de l’Asie Pacifique, possède déjà huit satellites sur orbite. JCSat 11 devait être un satellite de réserve. La fusée Proton M est une version modernisée du lanceur lourd Proton K, le plus fiable dans le monde depuis plus de 40 ans. Conformément aux décisions prises par le gouvernement russe, tous les lancements commerciaux des fusées Proton sont effectués par la joint-venture russo-américaine ILS-International Launch Services Inc. qui en a déja réalisé une quarantaine depuis sa création en 1996.