Grèce: le procès des caisses noires de Siemens est entré dans sa phase finale, lundi

121

Le procès des caisses noires de Siemens, une des plus grandes affaires de corruption en Grèce, est entré dans sa phase finale, lundi, avec le réquisitoire du ministère public, qui a évalué à 69 millions d’euros le préjudice pour l’Etat grec.

Le groupe bavarois est accusé d’avoir versé des pots-de-vin à différents responsables grecs pour obtenir le vaste chantier de la modernisation du réseau téléphonique grec à la fin des années 1990. «Pour la signature du contrat 8002 entre Siemens et OTE (la compagnie publique de télécommunications) en 1997, 75 millions de marks allemands ont été versés illégalement à de hauts responsables de l’Etat (grec), et pour son extension en 2001, 19 autres millions», a déclaré la procureure, Eleni Skeparnia, se référant à un document de l’entreprise-mère.

Le préjudice pour l’État grec s’élèverait à 69 millions d’euros, selon la procureure citée par l’Agence de presse grecque ANA. «Les pots-de-vins en Grèce sont une longue tradition», a commenté la procureure. Sur les seize personnes entendues lundi dans ce volet de l’affaire, des responsables de Siemens et de l’OTE, la procureure a réclamé la condamnation de cinq hauts cadres. Son réquisitoire doit se poursuivre mercredi et devrait entrer alors dans le détail des peines requises. Plusieurs accusés clés, dont le dirigeant à l’époque de la branche grecque de Siemens Michalis Christoforakos, ne sont pas présents pour le procès à Athènes. L’ex-dirigeant, condamné dans le volet allemand de l’affaire en Allemagne, avait fui la Grèce en 2009 et la justice allemande a depuis refusé son extradition.

Seuls deux responsables politiques du gouvernement socialiste d’Athènes de l’époque ont admis avoir touché des pots-de-vin: l’ex-ministre Tassos Mantelis qui a été condamné en 2017 par un tribunal d’Athènes à huit ans de prison avec sursis pour «blanchiment d’argent», et Theodoros Tsoukatos, conseiller de l’ancien Premier ministre Costas Simitis.

Ouvert en novembre 2015, ce procès a été ajourné à plusieurs reprises pour des questions de procédure et de longues grèves des avocats avant de reprendre fin 2016. Le géant industriel allemand avait été ébranlé en 2006 par un scandale à dimension internationale, qui avait révélé l’existence de caisses noires d’un montant de 1,3 milliard d’euros.

Ces fonds occultes avaient servi à verser des commissions pour décrocher plusieurs grands appels d’offres dans le monde entier, dont l’un lié à l’organisation des jeux Olympiques d’Athènes en 2004.