M. HAUTEFORT (VITIS-VIDEOFUTUR) : «On confirme notre position d’acteur alternatif de référence sur le très haut débit»

137

Mathias HAUTEFORT, Président de VITIS-VIDEOFUTUR

Vitis, fournisseur d’accès Internet fibre et distributeur indépendant de contenus vidéo numériques et payants, se déploie en France. Pour nous parler de sa stratégie sur le territoire, média+ s’est entretenu avec Mathias HAUTEFORT, Président de VITIS-VIDEOFUTUR.

media+

Qu’est devenu VIDEOFUTUR à travers votre nouveau groupe VITIS ?

Mathias HAUTEFORT

VITIS est un fournisseur d’accès internet fibre dans les zones dites «peu denses», mais aussi un distributeur indépendant de contenus vidéo numériques et payants. Nous commercialisons nos propres offres TV/VOD sous la marque VIDEOFUTUR. Cette dernière est disponible dans plus de 500.000 foyers en France métropolitaine soit plus d’une vingtaine de départements et près d’un millier de communes. Notre catalogue de vidéos à la demande est extrêmement riche.

media+

Votre virage stratégique a-t-il été progressif ?

Mathias HAUTEFORT

Oui, c’est le cas. Le virage s’est concrétisé en novembre 2016 avec la création de la nouvelle société VITIS accompagnée par de nouveaux actionnaires (groupe Netgem, la Caisse des Dépôts et le Groupe Océinde, ndlr). Contrairement à ce que certaines personnes peuvent penser, les zones peu denses ne sont pas nécessairement très rurales. Près d’un Français sur deux estime qu’il possède un internet de mauvaise qualité. Les zones dans lesquelles nous sommes le plus développés sont l’Île-de-France, notamment la Seine-et-Marne, l’Essonne, le Val-d’Oise et les Yvelines. Le Grand Est avec notamment l’Alsace, Haut Rhin et Bas Rhin. Et enfin la Normandie, la Nouvelle-Aquitaine, le Sud-Est et les Hauts-de-France.

media+

Face à la grande diversité d’acteurs sur le marché du très haut débit, comment vous différenciez-vous ?

Mathias HAUTEFORT

Dans le marché du très haut débit, un certain nombre d’acteurs nationaux bien connus se positionnent dans les zones denses, à savoir les grandes villes. En revanche, il y a des oubliés du haut débit qui se retrouvent naturellement avec moins d’acteurs. En ce qui nous concerne, c’est la simplicité qui nous différencie avec une seule offre et un seul prix : 40€. On ne cherche pas à complexifier les choses. De par notre histoire, l’innovation et les contenus font partie de nos forces. Notre offre de base fibre s’appuie sur près de 20.000 contenus non linaires. A l’époque, le haut débit était constitué sur un modèle de chaînes. Aujourd’hui, ce sont les contenus que l’on met en avant dans l’interface.

media+

Êtes-vous toujours dans une stratégie de conquête ?

Mathias HAUTEFORT

Absolument ! On vise 6 à 7 millions de foyers d’ici 3-4 ans. La marque poursuit sa stratégie de conquête avec l’objectif de déployer son offre sur un parc de plus de 1 million de prises fin 2018 et au moins trente départements. Notre mission est très claire : apporter l’internet haut débit dans un maximum de communes. Nous accentuons nos efforts commerciaux afin de confirmer notre position d’acteur alternatif de référence.

media+

Pourquoi vous définissez-vous comme «un des acteurs des autoroutes du divertissement» ?

Mathias HAUTEFORT

Parce qu’on apporte des usages et du contenu. Ce qui est passionnant, c’est qu’il y a vraiment du sens dans ce que nous faisons. Nous voyons la vie de communes changer. Il y a assez peu d’aventures industrielles où nous pouvons voir ce genre de choses.