Entretien avec … Hervé Michel, Directeur de France Télévisions distribution

    28

    Hervé Michel, Directeur de France Télévisions Distribution était présent comme chaque année au MIP TV de Cannes. C’est dans ce grand marché des programmes français et internationaux que se trament les grandes lignes des politiques fictions et documentaires de chaque chaîne pour les années suivantes. Pour Média +, Hervé Michel est revenu sur les «tendances» de l’année 2007.

    média+ : Quel billan dressez-vous de ce Mip TV 2007 ?

    Hervé Michel : Le marché est compliqué, fragmenté, l’offre si diversifiée, disparate… Au Mip TV, les processus d’achat sont très longs. Rien n’est jamais acquis, si bien que nous ne pouvons encore tirer de bilan.

    média+ : Côté fiction, qu’est-ce qui se vend le mieux ?

    Hervé Michel : «David Nolande» est très bien exporté, tout comme «Petits meurtres en famille». Agatha Christie est plus qu’un nom, c’est un sésame sur la scène internationale!

    média+ : «L’Etat de Grâce» n’a pas fonctionné sur France 2 (le feuilleton, diffusé le mercredi soir, mettait en scène une femme Présidente de la République. Il n’a pas rencontré le public de la chaîne, atteignant seulement 15% de pda ndlr). Parvenez-vous néanmoins à exporter ce feuilleton ?

    Hervé Michel : Ce fut un accident industriel mais il n’empêche que ce genre (la comédie ndlr) rencontre toujours son audience. Nous sommes déjà en pourparlers très avancés avec quatre pays, dont le Portugal. Sur le temps, je pense que le feuilleton se vendra bien.

    média+ : La tendance est au documentaire ?

    Hervé Michel : Il y a dix ans, il y avait plutôt un vrai besoin de fiction. Aujourd’hui, cette industrie s’est bien développée dans tous les pays et l’on assiste à un véritable engouement pour le documentaire, le docu-fiction notamment. Pour exemple, nous avons déjà vendu une fiction historique sur Marie-Antoinette au Japon et à l’Espagne alors qu’elle n’a même pas été diffusée en France. Quant à Yan Arthus Bertrand («La terre vue du ciel» ndlr) il a acquis une notoriété mondiale. Son documentaire est celui qui se vend le mieux avec «Homo Sapiens». Concernant ces dernières réalisations, nous touchons là d’ailleurs vraiment à ce qu’on peut appeler l’ «universel». Très peu de pays peuvent déployer de tels moyens. Cela a évidemment des répercussions sur les ventes. Par ailleurs, tout ce qui touche à l’environnement fonctionne en ce moment. C’est une vraie tendance du cette année 2007 au MIP.

    média+ : La biographie de Jacques Chirac, par Patrick Rotman, intéresse-t-elle l’international ?

    Hervé Michel : Ce sont plutôt les petites télévisions, incapables de réaliser ce genre de documentaires, qui viennent nous solliciter. En plus d’avoir été un succès d’audience, cette production est un vrai bijou, sur le plan de la réalisation. Le marché ne s’y trompe pas.

    média+ : Côté animation ?

    Hervé Michel : Les producteurs gardent leurs droits dans ce domaine. Rien ne passe donc par la chaîne pour ce qui est de l’exportation. Le MIP TV 2007 le confirme: le marché de l’animation est en nette expansion.