P. BLOCK DE FRIBERG (France TV) : «On ne peut pas faire abstraction de notre capacité à rayonner sur d’autres plateformes»

526

Pierre BLOCK DE FRIBERG, Directeur des Nouveaux Contenus, de l’Innovation et des Nouvelles Ecritures de France Télévisions

France Télévisions s’est engagé dans une ambitieuse politique visant à marier la télévision aux médias numériques. Pour développer cette activité, la Direction des Nouvelles Ecritures s’adapte aux nouveaux usages du public en proposant des expériences narratives numériques originales et des écritures inédites à travers deux plateformes dédiées, Studio 4 et IRL, et la recherche narrative autour des nouvelles technologies. Tour d’horizon avec Pierre BLOCK DE FRIBERG, Directeur des Nouveaux Contenus, de l’Innovation et des Nouvelles Ecritures de France Télévisions.

MEDIA +

Les nouvelles écritures doivent-elles nécessairement être testées sur digital avant d’avoir une vie sur la télévision linéaire ?

PIERRE BLOCK DE FRIBERG

Oui, cela peut arriver ! C’est d’ailleurs un des schémas que nous avons pu concrétiser à mon arrivée quand on m’a confié les nouvelles écritures. Lors de la création de la chaîne franceinfo, la direction a été intéressée par certains de nos modules : «Data Gueule», «La Barbe» de Nicolas Meyrieux ou encore «Génération What ?» sur les jeunes Européens. Nous sommes dans un rapport de collaboration.

MEDIA +

Quels sont vos enjeux ? Développer de nouvelles écritures en vue de les amener à l’antenne ?

PIERRE BLOCK DE FRIBERG

Cela fait partie d’une de nos démarches mais ce n’est pas l’unique priorité. Nous avons pour objectif de nous adresser à une population qui a quitté les antennes linéaires. Ce public jeune est en recherche de nouveaux programmes, de fictions, d’animation, de YouTubers, etc.

MEDIA +

Votre ambition est donc de vous adresser à un public moins captif ?

PIERRE BLOCK DE FRIBERG

Entre autres ! Néanmoins, nous n’excluons personne dans l’offre des nouvelles écritures de France Télévisions. Nous éditons actuellement deux plateformes Web. La première s’appelle Studio 4, dédiée à la fiction et à l’animation. La seconde, IRL (In Real Life) qui propose un regard d’auteur et de journaliste engagé sur l’état de notre monde.

MEDIA +

Ces plateformes sont-elles encore trop confidentielles à votre goût ?

PIERRE BLOCK DE FRIBERG

Ce qui compte pour nous, c’est le succès que rencontrent nos programmes. Le total de vidéos vues cumulées en septembre sur Studio 4 est de 8,7 millions : 4,7 millions sur YouTube et 3,6 millions sur Facebook. Ce ne sont pas des chiffres anodins. Nous voulons toucher naturellement le plus grand nombre d’internautes. Sur Studio 4, le Watch Time (c’est-à-dire le temps passé de chaque internaute sur nos programmes) est de 65%. Cela signifie que les gens consomment en grande partie les contenus proposés. Le troisième pilier des Nouvelles Ecritures, c’est la recherche narrative autour des nouvelles technologies: réalité virtuelle, 360°, réalité augmentée, intelligence artificielle. Nous travaillons actuellement sur un conte interactif en réalité virtuelle avec Jan Kounen et la société Red Corner.

MEDIA +

De quel budget disposez-vous pour développer ces nouvelles écritures ?

PIERRE BLOCK DE FRIBERG

L’année dernière, nous étions à 3,8 M€. Nombreux sont les producteurs à venir nous proposer des projets. Nous lançons aussi parfois des consultations et des appels à projets. Nous avons réuni un fonds de 300.000 €/ an avec la SACD afin d’aider les auteurs de web-séries. Lors de la dernière commission, 10 web-fictions sur 120 ont été sélectionnées. Elles seront appuyées pour une aide à l’écriture de manière à ce que de véritables dossiers soient prêts à être envoyés aux diffuseurs.

MEDIA +

D’anciens producteurs se lancent-ils dans la brèche des nouvelles écritures ?

PIERRE BLOCK DE FRIBERG

Evidemment, mais nous sommes toujours intéressés par les nouveaux talents, qu’ils soient auteurs, acteurs, YouTubers, réalisateurs ou producteurs. Nous travaillons avec de jeunes sociétés de production. Cela fait partie aussi de notre mission d’accompagner et de faire grandir les talents.

MEDIA +

La convergence n’est donc pas un vain mot ?

PIERRE BLOCK DE FRIBERG

Bien sûr que non. Le groupe France Télévisions est amené à évoluer. On ne peut pas faire abstraction de notre capacité à rayonner sur d’autres plateformes et à toucher d’autres publics.

MEDIA +

Quels sont les derniers projets à ne pas rater ?

PIERRE BLOCK DE FRIBERG

Sur Studio 4, notre série de science-fiction, «The Cell» est en diffusion, tout comme «Monsieur Flap», une série d’animation qui a enregistré plus de 5,1 millions de vues. A termes, nous devrions être en mesure de proposer un 90’ de «Data Gueule» sur l’état de la démocratie. Parmi les autres programmes, il y a «La Petite Mort», adaptation d’une bande dessinée de Davy Mourier. Sur IRL, les chroniques écologiques du «Professeur Feuillage», le billet hebdomadaire de Klaire Fait Grr dans «C’est chaud», ou encore «Cam Cash». Nous lançons par la même occasion des séries documentaires feuilletonantes avec des épisodes de 5 à 10’, comme «Attaquantes» ou «Commises d’Office».