RTL Group: baisse de 24,9% du résultat net en 2014

548

Le 1er groupe audiovisuel européen, RTL Group, a enregistré en 2014 une baisse de 24,9% de son résultat net qu’il attribue à des éléments exceptionnels, mais un bénéfice d’exploitation et un chiffre d’affaires stables, avec un décollage des activités numériques. 

Les patrons du groupe, Anke Schäferkordt et Guillaume de Posch, qualifient les résultats de «solides» dans un communiqué publié jeudi. L’action perdait 0,26% vers 09H00 GMT à la Bourse de Bruxelles, à 86,62 euros. Le résultat net ressort à 653 millions d’euros contre 870 millions un an plus tôt, mais le bénéfice d’exploitation (Ebita) est stable à 1,145 milliard d’euros alors que le groupe s’attendait à une baisse. Au seul 4ème trimestre, l’Ebita a progressé de 7,1% à 466 millions d’euros. Le c.a. annuel est lui aussi resté stable à 5,67 milliards d’euros. 

«Malgré un environnement difficile en France et en Hongrie, RTL Group a une nouvelle fois obtenu dans l’ensemble des résultats très solides», se félicitent les deux patrons du groupe. La bonne santé de sa branche allemande, Mediengruppe, s’est confirmée, avec un bénéfice d’exploitation qui a atteint un record historique à 650 millions d’euros (+5,0%), grâce en particulier à un marché publicitaire en forte hausse au 2nd semestre. Le groupe a d’ailleurs profité d’un marché publicitaire en hausse partout sauf en France et en Belgique. En France, où il est présent à travers la chaîne M6, il a réussi à surmonter la stagnation du marché publicitaire grâce à une diversification de ses activités. Le bénéfice d’exploitation est également resté stable en Belgique et aux Pays-Bas. Quant à sa filiale de production audiovisuelle FremantleMedia, elle a vu son bénéfice d’exploitation diminuer après l’annulation du programme «X Factor US» et la perte de vitesse d’«American Idol».Globalement, le bénéfice net a été affecté par des dépréciations de 77 millions d’euros en raison de la taxe sur les médias mise en place en Hongrie et d’effets de change. Ce phénomène s’ajoute au fait qu’à l’inverse, en 2013, le bénéfice net avait bénéficié d’un élément non récurrent avec la reprise de la perte de valeur de 72 millions d’euros enregistrée sur son investissement dans le groupe de médias espagnol Atresmedia. 

Le groupe, qui cherche à renforcer sa présence dans les réseaux à chaînes multiples sur YouTube, a acquis cette année notamment SpotXchange, une plateforme de publicité vidéo, et StyleHaul, un réseau à chaînes multiples consacré à la mode. Le c.a. réalisé par le groupe dans le numérique a augmenté de  26,6% au cours de l’année à 295 millions d’euros. Sur les 2 dernières années, le nombre de vidéos vues en ligne sur ses plateformes est passé de 7 millions à plus de 36 millions, soulignent les patrons du groupe pour qui «ces activités, grâce à de nouveaux investissements, vont changer d’échelle et devenir au cours des 24 prochains mois l’un des moteurs de croissance de l’ensemble du chiffre d’affaires de RTL Group». Pour 2015, RTL Group s’attend à un c.a. et un Ebita «globalement stables», avec des conditions similaires à 2014 pour le marché de la publicité audiovisuelle. Le groupe a décidé de verser à ses actionnaires un dividende de 3,50 euros par action auquel s’ajoute un dividende de 2 euros déjà payé en septembre, soit au total 5,50 euros par action. RTL Group, contrôlé par le géant allemand des médias Bertelsmann et basé au Luxembourg, possède des participations dans 49 chaînes de télévision et 29 stations de radio et activités de production dans le monde.